/news/currentevents
Navigation

Crime organisé: le chef des Rock Machine en a assez

Il dit vouloir quitter le groupe de motards criminels et suivre une thérapie dans un centre de désintoxication

PH-Facebook
Photo tirée de Facebook Mario Dubé s’affiche ouvertement sur le réseau social Facebook comme un membre des Rock Machine et un partisan des Bruins de Boston.

Coup d'oeil sur cet article

Le chef allégué des Rock Machine dit vouloir quitter sa vie de motard criminalisé et veut maintenant suivre une thérapie fermée pour mettre fin à sa consommation d’héroïne.

« Je suis fatigué de tout ça, je ne veux plus faire ça, les drogues, les motards, je veux laisser tomber tout ça », a déclaré Mario Dubé, vendredi, au palais de justice de Montréal.

L’homme de 52 ans a fait cette déclaration lors de son enquête sur remise en liberté dans une affaire de stupéfiants pour laquelle il avait été arrêté le mois dernier.

L’enquête policière a commencé à la suite d’une plainte d’un citoyen concernant un vendeur de drogue dans le quartier montréalais de Pointe-aux-Trembles.

Rapidement, les soupçons se sont tournés vers Dubé, considéré comme le chef représentant des Rock Machine, un gang criminel qui a mené une guerre sans merci aux Hells Angels au Québec, de 1994 à 2002. Cette guerre s’était soldée par plus de 160 morts, dont beaucoup d’innocents.

Une arme

Selon la preuve présentée à la cour, vendredi, des agents doubles auraient réussi à acheter de Dubé pour 40 $ de méthamphétamines.

Lors de la perquisition à son domicile, les autorités ont trouvé une petite quantité de cocaïne et de cannabis, un pistolet Ruger de calibre 357, des objets marqués du logo des Rock Machine ainsi qu’un chandail avec une inscription : « Rock Machine nouvel ordre Canada ».

Il a été accusé de trafic de stupéfiants, de possession en vue d’en faire le trafic, de possession illégale d’armes à autorisation restreinte, d’avoir effacé le numéro de série de l’arme et d’entreposage négligent d’armes à feu.

Centre de désintoxication

Dubé dit toutefois vouloir quitter les Rock Machine et régler ses problèmes de drogue. Et la façon d’y arriver, dit-il, est de suivre une thérapie fermée de 10 mois, dans un centre de désintoxication.

« J’ai fait trois crises cardiaques dans ma vie, j’ai essayé la méthadone, mais ça n’a pas fonctionné, a-t-il témoigné. Je veux m’en sortir, et la seule façon que je vois est de faire une thérapie. »

Son avocat, Martin Latour, a plaidé pour la libération sous caution de son client en soulignant que la volonté de changement de Dubé contrebalançait ses lourds antécédents criminels.

Le procureur de la Couronne, Jean-François Roy, s’oppose à toute libération. Il a rappelé l’implication alléguée de Dubé dans la vente de stupéfiants, tout en mentionnant qu’il était membre d’un groupe de motards criminalisés.


►Le juge Pierre Labelle a pris la cause en délibéré. Il rendra sa décision la semaine prochaine. En attendant, Mario Dubé restera en détention préventive.