/news/currentevents
Navigation

Le jury délibère depuis 21 jours

Le procès record de deux caïds accusés de meurtres se poursuit à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Deux caïds accusés de meurtres attendent toujours leurs verdicts à Montréal, pendant que le jury établit un nouveau record chaque jour de délibérations.

Les 12 jurés ont débattu à huis clos pour une 21e journée consécutive, vendredi, au Centre judiciaire Gouin, sans avoir pu s’entendre de façon unanime sur le sort qu’ils réserveront à Denis Lefebvre et Yves Denis.

L’ancienne marque pour les plus longues délibérations d’un jury lors d’un procès criminel, tant au Québec qu’au Canada, était de 18 jours.

Pas d’idée pourquoi

« Je n’ai aucune hypothèse pouvant expliquer cela. Tenter de deviner ce qui se passe avec un jury qui délibère en secret ne serait que pure spéculation », a dit l’avocat Alexandre Bergevin, qui défend Denis Lefebvre.

Depuis que la juge Éliane Perreault a séquestré les jurés pour qu’ils délibèrent le 6 avril, ceux-ci ne se sont manifestés qu’une fois pour demander une demi-journée de congé.

Certains pourraient en déduire qu’ils exécutent rigoureusement leur devoir de citoyens.

Ils ont siégé durant 11 mois, ont entendu une cinquantaine de témoins — dont le tueur à gages que les accusés auraient engagé et qui est maintenant délateur — et doivent décortiquer une montagne d’éléments de preuve ou de contradictions.

Mais plusieurs procès ont déjà avorté après de nombreux jours de délibérations parce que le jury se trouvait dans une impasse.

Évadés d’Orsainville

À la tête d’un lucratif réseau de trafic de drogue, en Abitibi, Lefebvre et Denis auraient commandé les meurtres de Johnny Coutu et de Benoit Denis.

Ils ont été respectivement tués par balles, à Laval et à Saint-Alphonse-Rodriguez, le 13 juillet 2009 et le 13 mai 2010.

Les deux hommes de Val-d’Or sont aussi accusés de l’homicide involontaire de Kevin Walter, battu à mort à Rouyn-Noranda le 15 avril 2009.

Fait particulier, Benoit Denis était le demi-frère de l’accusé Yves Denis.

Il aurait aidé le tueur à gages à commettre les deux autres crimes avant d’être éliminé parce qu’il parlait trop et devenait un témoin gênant.

Denis Lefebvre et Yves Denis étaient deux des trois détenus qui ont réussi à s’évader de la prison d’Orsainville en hélicoptère, le 7 juin 2014, avant d’être repris 15 jours plus tard dans le Vieux-Montréal.

Ils purgent déjà des peines entre 17 et 21 ans pour complot, trafic de stupéfiants, gangstérisme et évasion.

D’autres jurés patients

Photo courtoisie

Evgueni Mataev

18 jours de délibérations

■ Le jury l’a déclaré coupable de proxénétisme et a acquitté ses quatre coaccusés, le 19 décembre 2014, à Montréal.

■ Il a ensuite été déclaré « délinquant dangereux », puis condamné à une peine d’incarcération minimale de sept ans pour avoir transformé en véritable esclave sexuelle une jeune Américaine tombée sous son joug, en 2010.


Photo courtoisie

Richard Henry Bain

11 jours de délibérations

■ Le 23 août 2016, il a été déclaré coupable du meurtre non prémédité du technicien de scène Denis Blanchette, qu’il a abattu à l’extérieur du cabaret Métropolis, le soir des élections du 4 septembre 2012.

■ Bain a aussi blessé par balle le technicien de scène Dave Courage et tenté de tuer un policier de la SQ, pendant qu’à l’intérieur de cette salle de spectacle la première ministre Pauline Marois prononçait son discours de la victoire du Parti québécois.

■ Sa peine de 20 ans de pénitencier a été maintenue par la Cour d’appel en mars dernier.


Photo courtoisie

Maurice Boucher

11 jours de délibérations

■ Acquitté en 1998, l’ex-chef des Hells Angels a dû subir un nouveau procès ordonné par la Cour d’appel et il a été déclaré coupable, le 5 mai 2002, d’avoir commandé les meurtres des agents correctionnels Diane Lavigne et Pierre Rondeau, en 1997.

■ Voulant intimider le système judiciaire en pleine guerre des motards alors que les autorités mettaient de la pression sur les Hells, Boucher avait ordonné ces crimes à des membres de leur club-école, les Rockers, dont Stéphane Gagné, qui l’a ensuite dénoncé après être devenu délateur.