/news/politics
Navigation

Les conservateurs peaufinent leur stratégie au Québec

Coup d'oeil sur cet article

À moins de six mois des élections fédérales, les conservateurs d’Andrew Scheer sont réunis cette fin de semaine à Victoriaville pour planifier la prochaine campagne électorale au Québec.

Environ 800 membres du parti – députés, candidats et militants - chercheront à définir la stratégie conservatrice, dans l’espoir d’augmenter leur présence au Québec. Les conservateurs détiennent présentement 11 sièges dans la province.

Galvanisé, Pierre Paul-Hus, député conservateur de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, est agréablement surpris du niveau d’enthousiasme. «Ça fait 10 ans que je suis avec les conservateurs et j’ai jamais vu autant de positivisme, des gens de bonne humeur.»

Les conservateurs espèrent faire passer le message qu’ils sont prêts à gouverner dès cet automne. «On est un gouvernement en attente. On veut démontrer aux gens que les conservateurs partout au Canada sont prêts», soutient Sylvie Boucher, députée conservatrice de Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Former la relève

Le conseil général du Parti conservateur est aussi l’occasion de former les nombreuses recrues du parti. Plusieurs anciens maires et vedettes sportives se sont lancés dans la course sous la bannière conservatrice dans les derniers mois.

Parmi eux, Bernard Barré, analyste de boxe, Philippe Gagnon, ancien athlète paralympique, Angelo Esposito, un ancien joueur de hockey professionnel, François Corriveau, directeur général de la Ville de Baie-Comeau et Robert Coutu, maire de Montréal-Est.

Tout au long de la fin de semaine, ils participeront à «l’École de la victoire», un programme conçu sur mesure pour les préparer à la prochaine campagne électorale.