/news/consumer
Navigation

Nouvelle épicerie «zéro déchet» à Sherbrooke

bloc légumes légume fruits fruit épicerie
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | C'est dans l'ère du temps: de plus en plus de gens boycottent le plastique et les produits emballés individuellement. Le mouvement «zéro déchet» compte un nombre croissant d'adeptes au Québec et l'Estrie ne fait pas exception. Un nouveau commerce a ouvert ses portes vendredi à Sherbrooke pour répondre à ce besoin: l'épicerie «Avrac A'davrac».

Le propriétaire, François Vincent, finalisait ses étalages lorsqu'il a accueilli une de ses premières clientes vendredi matin. Andréanne Beaudoin est une jeune mère de famille qui a adopté la philosophie «zéro déchet» dans l'optique de léguer une planète en santé à ses enfants.  

«Je suis en transition. Je suis loin d'être parfaite. J'ai quatre enfants, donc on essaie d'être le plus possible économe, donc oui je vais encore au Costco», a-t-elle souligné en entrevue avec TVA Nouvelles.  

Mais Mme Beaudoin essaie le plus possible d'acheter en vrac et elle se réjouit de voir l'offre augmenter à Sherbrooke.  

À l'épicerie Avrac A'davrac, on trouve de tout, en passant même par les produits d'hygiènes ou les produits d'entretien ménager. Même toutou peut être «zéro déchet». Les aliments sont vendus en vrac et il a de tout pour faire une épicerie complète, à l'exception des produits frais comme la viande et le poisson.  

Et nul besoin d'être un habitué du mouvement «zéro déchet». Le propriétaire a pensé aux débutants en vendant aussi sur place les contenants réutilisables.  

La philosophie «zéro déchet» ne se résume pas seulement à l'achat en vrac et le propriétaire du nouveau commerce du boulevard Bourque, dans le secteur Rock Forest, le sait bien. C'était donc important pour lui que les compagnies dont il propose les produits reprennent les contenants vides pour les réutiliser ou qu'ils aient recours à des matières recyclables.  

François Vincent fait même un effort supplémentaire pour réduire le nombre d'étiquettes qui pourraient se retrouver à la poubelle.  

«Je récupère les étiquettes à la sortie et, par exemple, je les renvoie à «KidSak» pour qu'on les remette sur d'autres sacs», a-t-il expliqué.  

Le commerce du boulevard Bourque réduit aussi son empreinte écologique à son seuil minimal. La majorité des fournisseurs proviennent de la région et les produits biologiques sont aussi priorisés.  

Ne produire aucun déchet est une mission quasi impossible, surtout pour un commerce, mais avec toutes les mesures qu'il a mises en place, le propriétaire de l'épicerie Avrac A'davrac souligne être «zéro déchet»... à 95 %.