/opinion/columnists
Navigation

Parler à son char

Coup d'oeil sur cet article

Nous, ayant un certain âge certain, avons tous vécu l’extraordinaire et si enrichissante expérience de se faire royalement arnaquer par un sympathique garagiste, un mécano n’ayant aucune crainte de se salir et les mains et la conscience. Et nous étions là comme de parfaites victimes ne connaissant à peu près rien à la mécanique et encore moins à la valeur des pièces à changer. Ça coûte un bras et on ne saura jamais vraiment pourquoi. On paie et fin des émissions.

Ce qu’on ne sait pas assez, c’est que dans la plupart des voitures construites depuis 2003, on peut jaser. Oui, votre voiture est en mesure de vous dire ce qui ne va pas grâce à un embranchement, un port qu’utilisent à fond mon Gaston les mécanos. Généralement, cette prise d’ordinateur est sous le volant. Ce qu’ils ne vous diront pas, c’est que nous avons maintenant accès au bidule.

Depuis peu de temps avec un appareil qui s’appelle Smart Car, vous pourriez vous aussi consulter votre auto lorsqu’apparaît une des icônes avertisseurs genre « check your engine ».

ET LE PREMIER ?

Votre voiture peut vous donner plus de 5000 diagnostics tout simplement et avant même que le mécano vous raconte une de ses histoires salées s’il est malhonnête. L’appareil est facile à brancher et il est relié à un logiciel que vous activez gratuitement dans votre cellulaire.

Quel sera le premier constructeur à installer de série ce logiciel et son système ?

PETIT PAQUET

  • « Exceptionnellement cette semaine, nous offrons les déplacements en canot. » (Uber)
  • Sortie du palmarès des pires routes du Québec. 87 532 routes sont à égalité au premier rang.
  • Tellement cassé, on dirait que je suis passé Dans l’œil du Dragon.
  • « On a bien fait de mettre juste nos initiales. » (SNC)
  • M’en vais réparer l’horloge du quai au Quai de l’Horloge.

À DEMAIN

Si vous avez essayé Smart Car, écrivez-moi l’expérience.