/news/currentevents
Navigation

Six ans de prison pour avoir tué un homme avec son auto

Le chauffard voulait faire peur à sa mère, qui était la passagère de la victime

Jocelyn Plante a perdu la vie lorsque sa voiture s’est enroulée autour d’un poteau électrique, après avoir été percutée par Keven Savard, dans la nuit du 1er au 2 février 2018, en Montérégie.
Photo courtoisie de la cour Jocelyn Plante a perdu la vie lorsque sa voiture s’est enroulée autour d’un poteau électrique, après avoir été percutée par Keven Savard, dans la nuit du 1er au 2 février 2018, en Montérégie.

Coup d'oeil sur cet article

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD | Un jeune homme de la Montérégie a écopé vendredi d’un peu plus de six ans de détention pour avoir tué l’ami de sa mère et blessé celle-ci lors d’une folle poursuite automobile sur un chemin de campagne.

«C’est vous que je sanctionne, et je pense bien que je ne vous reverrai pas [devant un tribunal]. Mais c’est aussi un message qui est envoyé [à ceux qui pourraient] poser un geste comme vous l’avez fait, qu’utiliser un véhicule automobile comme une arme, ça mérite la prison», a souligné le juge Bertrand St-Arnaud, en condamnant Keven Savard à 75 mois de pénitencier.

Menotté dans le box des accusés, l’homme de 25 ans a hoché la tête en signe d’approbation.

Le crime aux conséquences funestes a été commis il y a un peu plus d’un an, à Sainte-Clothilde, près de Châteauguay.

Dans la nuit du 1er au 2 février, Keven Savard a eu une violente altercation avec sa mère, Chantal Paradis.

La dame de 44 ans a empoigné son fils à la gorge pendant la dispute, si bien qu’un ami de l’accusé a dû les séparer.

Savard a quitté les lieux, en demandant à son ami de l’aviser quand sa mère partirait.

Le jeune homme rôdait en voiture dans le village lorsqu’il a reçu le texto attendu.

«Je suis lui. Je le pogne [sic]», a-t-il répondu, faisant ainsi allusion à Jocelyn Plante, un ami de Mme Paradis venu la chercher.

Savard a rejoint le duo sur le chemin de la Rivière et a foncé dans la Pontiac Sunfire de la victime une première fois.

Conscient du danger, M. Plante a accéléré, mais le jeune homme a percuté son véhicule à deux ou trois autres reprises avec sa Honda Civic.

Le conducteur de 62 ans a perdu la maîtrise de sa voiture, qui s’est retrouvée enroulée autour d’un poteau.

Pas de ceinture

Jocelyn Plante est décédé sur le coup, tandis que Chantal Paradis s’en est tirée avec une fracture à la main.

«Certes, la victime, Jocelyn Plante, n’avait pas bouclé sa ceinture de sécurité et, malheureusement, un poteau électrique se trouvait près du point d’impact entre les deux véhicules. Il n’en demeure pas moins que c’est l’accusé qui est à l’origine de ce drame», a insisté vendredi le juge St-Arnaud, au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

Pris de panique, Savard a rapidement quitté les lieux de la collision sans appeler les secours.

«Tout cela rend le degré de gravité passablement élevé», a résumé le magistrat.

Il s’est rendu à la police

Savard s’est néanmoins rendu aux policiers dès le lendemain, indiquant qu’il ne voulait tuer personne, seulement effrayer les passagers de la Sunfire.

Il a plaidé coupable à des chefs d’homicide involontaire et de délit de fuite causant la mort et des lésions, l’été dernier.

La Couronne, représentée par Me Pierre-Olivier Gagnon, réclamait huit à dix ans de détention, alors que Me Louis-Philippe Mercier, de la défense, espérait une peine de quatre ans de pénitencier.

Estimant la première suggestion excessive, et la seconde insuffisante, le juge St-Arnaud a coupé la poire en deux, en imposant la sentence vendredi.

Comme l’accusé est détenu depuis son arrestation, il ne lui reste que quatre ans et demi à passer derrière les barreaux.


► Le juge a également ordonné une interdiction de conduire de deux ans.