/news/society
Navigation

Un homme est surnommé le superhéros de Gatineau

Il ne ménage pas les efforts pour aider avec un vieux camion de l’armée

FD-INONDATIONS-GATINEAU
Photo Guillaume St-Pierre À l’aide d’un vieux camion de l’armée, Pat Chartrand (à gauche) aide des sinistrés des crues printanières à Gatineau à transporter des sacs de sable.

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Un Gatinois se donne corps et âme depuis plus d’une semaine pour livrer des sacs de sable aux sinistrés, ce qui lui a valu le surnom de « superhéros de Gatineau » sur les réseaux sociaux.

Depuis jeudi dernier, Pat Chartrand travaille sans répit pour venir en aide aux inondés de la ville de l’Outaouais, sans rien attendre en retour.

« Je n’ai pas fêté Pâques, j’ai travaillé 18 heures par jour sans prendre de journée de congé », confie-t-il entre deux chargements de sacs de sable.

L’homme de 36 ans dit ne pas ressentir la douleur physique grâce à « l’adrénaline ».

Le véhicule peut circuler dans des zones inondées.
Photo GUILLAUME ST-PIERRE
Le véhicule peut circuler dans des zones inondées.

Pas le temps pour Trudeau

Sa bonne action a même retenu l’attention du bureau du premier ministre Justin Trudeau, qui a demandé à le rencontrer à l’occasion du passage du chef libéral à Gatineau cette semaine.

« J’ai dit non merci, lance en éclatant de rire le chargé de projet en construction. J’ai préféré rester ici avec les résidents. Moi, je voyais ça comme deux heures perdues. Deux heures, c’est 40 palettes, c’est 2000 sacs de sable. »

Cette quantité est suffisante pour protéger des crues six résidences, précise-t-il.

« C’est six personnes que tu vas rendre heureuses. »

Gratifiant

« Quand j’arrive avec une palette, les gens te regardent comme si t’étais leur sauveur. C’est tellement gratifiant. C’est bon pour l’estime de soi, et les gens en ont besoin », raconte-t-il.

Comme il y a deux ans, Gatineau est durement touchée par les crues printanières. Des dizaines de rues de la municipalité de 285 000 habitants sont fermées à la circulation.

Et plus de 700 personnes étaient inscrites au centre d’aide aux sinistrés vendredi.

Vieux camion de l’armée

Le bon samaritain a pris congé de son employeur la semaine dernière pour se consacrer entièrement à aider les sinistrés, dont certains sont complètement isolés par les eaux.

M. Chartrand accède à des zones coupées du reste du monde grâce à un vieux camion de l’armée sur lequel il empile les poches de sable, un prêt d’un ami.

Malgré les longues heures, M. Chartrand assure qu’il montera la garde, « tant que l’eau ne sera pas partie ».

« Si ça prend deux semaines, ça prendra deux semaines », dit l’homme au grand cœur.