/news/politics
Navigation

Andrew Scheer promet un plan pour l’environnement

Andrew Scheer promet un plan pour l’environnement
CAPTURE D'ÉCRAN, TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIAVILLE Andrew Scheer promet pour bientôt un plan environnemental comportant des cibles crédibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Bien conscient que l’environnement est possiblement son talon d’Achille, le chef conservateur a annoncé lors du conseil général de son parti, samedi, à Victoriaville, qu’il dévoilera son plan environnemental d’ici le 21 juin.

«Et notre plan sera un vrai plan qui va adresser le vrai défi environnemental du 21e siècle», a-t-il déclaré.

Ce plan comportera des cibles «crédibles» pour la réduction des GES, a-t-il précisé, sans toutefois fournir plus de détails.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Les conservateurs demeurent cependant résolument favorables aux projets de pipeline.

L’un d’eux est le militant Michel Gauthier.

«Tous ceux qui vous disent: “Ah! le pétrole, je ne veux pas en entendre parler” doivent comprendre que c’est des milliers d’emplois au Québec», a lancé M. Gauthier.

«Ça me fait rire. C’est comme si M. Scheer était contre l’environnement. C’est comme si, moi, mettons, je serais... On est tous pour l’environnement de façon intelligente, de façon logique», a pour sa part indiqué l’ancien maire de Trois-Rivières Yves Lévesque, un candidat potentiel dans la circonscription fédérale du même nom.

Les conservateurs doivent donc élaborer un plan environnemental qui comprendra un équilibre entre de grands projets de pipeline et la lutte à la pollution exigée par une partie grandissante de l’électorat.

«J’ai besoin de la nation québécoise»

À un peu moins de six mois des élections fédérales, Andrew Scheer a également lancé un appel à l’électorat du Québec.

«Pour gagner, j’ai besoin de la nation québécoise», a-t-il lancé devant une cinquantaine de ses candidats québécois et près de 800 militants réunis dans la ville des Bois-Francs.

Il a tiré à boulets rouges sur Justin Trudeau, affirmant que ce dernier dirige un gouvernement en pleine déroute. Il n’a pas non plus manqué l’occasion d’écorcher le premier ministre, notamment au sujet de l’affaire SNC-Lavalin et sur la question des déficits.

«Actuellement, tout ce que nous avons, c’est un porte-panier qui se promène avec un carnet de chèques et il est en train de vider notre compte», soutient Bernard Barre, candidat potentiel dans Saint-Hyacinthe-Bagot.

«Faire face au pouvoir, on est prêts à offrir aux Québécois un équilibre budgétaire que les gens attendent, puis une vie beaucoup moins compliquée, beaucoup moins taxée», a renchéri Philippe Gagnon, candidat conservateur dans Jonquière.

– Avec Raymond Filion