/finance/business
Navigation

Elle a concocté sa recette pour réussir en affaires

L’allergie alimentaire de son fils lui donne l’occasion de créer sa propre entreprise de produits alimentaires

Marie-Hélène Le Rossignol
Photo Chantal Poirier Marie-Hélène Le Rossignol, mère et professionnelle, heureuse dans son nouveau rôle d’entrepreneure.

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Hélène Le Rossignol n’avait jamais rêvé de se lancer en affaires. Mais un événement de vie non prévu l’a amenée naturellement à créer son entreprise de transformation alimentaire spécialisée en produits à base de légumineuses.

Après la naissance de son deuxième enfant, elle pensait bien retourner à son poste d’analyste économique à Montréal International.

Mais voilà, tôt après sa naissance, son fils a été affecté par de nombreuses allergies alimentaires et un eczéma sévère.

« J’ai dû me rendre à l’évidence, il était impossible de le confier à un centre de la petite enfance vu son état. J’ai donc démissionné de mon emploi pour rester à la maison, à temps plein », raconte-t-elle.

À force de lui concocter des recettes adaptées à ses besoins particuliers, elle a mis au point une tartinade au chocolat, de style hummus, à base de haricots noirs et de cacao. Comme le produit n’existait pas sur le marché, elle a décidé de le commercialiser.

C’est ainsi que Lubia, le premier hummus sucré québécois, a fait son entrée dans les épiceries l’automne dernier.

Marie-Hélène Le Rossignol n’a pas plongé seule dans cette aventure entrepreneuriale. Son mari, Thiago Linares, a lui aussi contribué à mettre sur pied Vegevora. Le couple n’a fait ni une ni deux : il a vendu son duplex pour financer le démarrage de l’entreprise.

« Cela nous a permis de louer un espace industriel et d’acheter l’équipement nécessaire à une production commerciale », dit-elle.

Le temps d’une grossesse

Il y avait beaucoup à faire : tester différentes recettes, trouver la bonne méthode de conservation, s’assurer de la conformité aux règles de salubrité, etc.

Son mari a même mis sa carrière d’architecte de côté pendant près d’un an pour l’aider au développement du projet.

« On a fait une bonne équipe. On rigole en disant que Lubia, c’est un peu comme notre troisième enfant. On y a mis beaucoup de temps et d’énergie. »

La gestation du produit a pris à peine plus de temps qu’une grossesse. Un an après avoir démarré le projet, Marie-Hélène Le Rossignol a présenté son hummus sucré à quelques marchands indépendants de la chaîne IGA. Les premières commandes n’ont pas tardé à entrer.

Six mois après son lancement, la tartinade Lubia est distribuée dans plusieurs épiceries de la région montréalaise. « Il s’en ajoute chaque semaine, ou presque », se réjouit Marie-Hélène.

Le produit vient également de faire son entrée dans les supermarchés santé Avril, qui compte huit établissements au Québec.

« Notre participation à l’Expo Manger santé de Montréal et de Québec nous a donné une belle visibilité, explique la femme d’affaires. D’autres bannières nous ont approchés. Notre objectif est que Lubia soit distribué dans 130 points de vente d’ici la fin de l’année. »

Changer de rôle

Marie-Hélène Le Rossignol a procédé à ses premières embauches pour l’aider à la production. Son mari, qui est retourné à sa pratique comme architecte, reste tout de même très présent. Il est sûr qu’entre le travail, l’entreprise et les enfants, le couple ne chôme pas. Heureusement, la santé de son fils s’étant améliorée, il a pu intégrer la garderie l’automne dernier.

« Cette situation n’a pas mis fin à ma carrière, elle l’a transformée. Moi qui étais habituée à faire des analyses économiques à partir de modèles, je me retrouve aujourd’hui à planifier la production, préparer des campagnes marketing ou faire du développement de marché. J’ai d’ailleurs découvert que j’étais une bonne vendeuse. »

D’ici l’été, elle prévoit lancer de nouvelles saveurs de tartinade. D’autres produits sont aussi en développement, qui devraient être mis en marché en 2020.

« Ce sera toujours des aliments nutritifs, sans gluten et avec une liste d’ingrédients la plus courte possible. »

Elle est aussi en pourparlers avec un partenaire potentiel.

« Je cherche un associé qui est déjà dans l’industrie alimentaire pour m’aider à déployer ma vision de l’entreprise. »

Son parcours

  • Marie-Hélène Le Rossignol, 36 ans
  • Baccalauréat en Économie et politique, Université Laval, 2006
  • Maîtrise en économie, Université Concordia, 2010
  • Analyste économique, Montréal International, 2016-2017
  • Fondatrice des Aliments Vegevora, 2018

UNE DE NOS MEILLEURES DÉCISIONS

« D’avoir mené un test de validation de produit auprès d’un nombre significatif de goûteurs. »

UNE DE NOS PIRES DÉCISIONS

« De ne pas avoir profité de tout l’écosystème entrepreneurial qui existe à Montréal. [...] L’avoir fait plus tôt aurait été bénéfique pour l’entreprise. »