/news
Navigation

Enquête de l’ISQ: des autochtones pas toujours consultés

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | L’Institut de la statistique du Québec (ISQ) a mené plus d’une vingtaine d’enquêtes dans la province sans toutefois prendre en compte l’opinion de ceux qui vivent dans des réserves et territoires autochtones.

Entre 2009 et 2019, l'organisme québécois de la statistique a mené plusieurs enquêtes sans que les citoyens des réserves autochtones soient considérés, rapporte Radio-Canada.

C’est le cas des enquêtes portant aussi bien sur l'accès des ménages à internet que sur le cannabis ou la santé.

Au total, 25 enquêtes sociales et de santé ont été menées par l’ISQ sans que les personnes habitant dans une réserve autochtone ou encore dans les régions 17 (Nunavik) et 18 (Terres-Cries-de-la-Baies-James) soient visées.

Citons l’Enquête québécoise sur la qualité des services de lutte contre le cancer, menée en 2013 et qui avait pour objectif d’actualiser le portrait statistique des différentes dimensions de l’expérience vécue par les personnes traitées pour un cancer. Dans ce cas, la région du Nunavik et les Terres-Cries-de-la-Baie-James n’étaient pas visés.

Idem pour l’Enquête québécoise sur le cannabis de 2018 qui devait «dresser un portrait statistique de la consommation et des perceptions à l'égard du cannabis avant l'entrée en vigueur de la Loi fédérale».

En plus des deux régions citées ci-haut, les personnes vivant dans les réserves autochtones n’avaient pas été consultées.

Réagissant à la nouvelle, une porte-parole de l’ISQ a fait savoir que l’opinion des communautés autochtones n’était pas toujours prise en compte parce qu’il fallait au préalable, dans certains cas, obtenir l’accord et le consentement des conseils de bande.

Le diffuseur public rapporte que dans les dernières années, il y a eu 65 enquêtes ponctuelles, en plus des différentes enquêtes réalisées périodiquement.

L’ISQ estime toutefois que dans certains cas, le fait de ne pas inclure toutes les communautés ne signifie pas que les enquêtes nationales sont incomplètes, évoquant le nombre parfois peu fiable des données.