/news/green
Navigation

Inondations historiques: grand nettoyage chez les sinistrés beaucerons

Près de 250 bénévoles ont répondu à l’appel lancé par la Ville de Sainte-Marie

Inondations historiques: grand nettoyage chez les sinistrés beaucerons
Photo Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-MARIE | Les sinistrés de la Beauce se retroussent les manches pour retrouver au plus vite leur vie normale et ils pouvaient compter sur l’appui de nombreux bénévoles, hier, une semaine après des inondations historiques.

Au centre-ville de Sainte-Marie, près de 250 volontaires ont répondu à l’appel d’une grande corvée qui avait été lancé par la municipalité et le club Kiwanis. La température peu invitante – il pleuvait encore sur la Beauce – n’a pas freiné l’effort collectif.

Ce stationnement de Sainte-Marie sert temporairement de décharge où les citoyens déposent leurs biens détruits par l’eau.
Photo Didier Debusschère
Ce stationnement de Sainte-Marie sert temporairement de décharge où les citoyens déposent leurs biens détruits par l’eau.

Sur la rue Notre-Dame, Nathalie Morissette pouvait compter sur une bonne dizaine de proches et de bénévoles pour sortir de son commerce, un atelier de couture, tout le stock encore utilisable, et pour jeter tout ce qui a été abîmé par l’eau. Les pertes se chiffrent en dizaines de milliers de dollars.

«J’avais besoin de cette aide, autant moralement que physiquement. Cela fait six ans que je bâtis ce commerce. J’y ai mis toutes mes énergies et aujourd’hui je n’en ai plus», confie celle qui est doublement sinistrée, ayant aussi connu un énorme coup d’eau dans son domicile.

Ces ouvriers ont récupéré plusieurs électroménagers endommagés.
Photo Didier Debusschère
Ces ouvriers ont récupéré plusieurs électroménagers endommagés.

Refaire à neuf

Dans les rues lourdement inondées quelques jours plus tôt, on s’activait pour retirer des bâtiments tous les biens abîmés. Parfois, on en était déjà à détruire les murs pour tout refaire à neuf. Des agriculteurs sillonnaient les rues avec des remorques pour récupérer les déchets. Les bénévoles n’ont pas hésité à épauler de purs inconnus.

«Je travaillais cette semaine et j’étais triste de ne pas pouvoir donner de coup de main. On est parties ce matin. Nous avions une fête d’enfants à la maison et on l’a cancellée. Ça fait partie de nos valeurs», explique Kim-Alexandra Blanchette, une militaire à la retraite qui avait fait la route depuis Québec, avec sa fillette de quatre ans, pour donner de son temps.

Kim Alexandra Blanchette a fait la route depuis Québec, accompagnée de sa fille Lili-Rose pour venir donner un coup de main.
Photo Didier Debusschère
Kim Alexandra Blanchette a fait la route depuis Québec, accompagnée de sa fille Lili-Rose pour venir donner un coup de main.

Avec une autre femme, elle a offert son aide à Alain Jacques, qui a humblement accepté. «Je ne les connais pas. Elles sont arrivées et m’ont proposé de m’aider. Je n’avais personne, alors j’ai accepté avec joie», dit le propriétaire de deux immeubles à logements de la rue Saint-Patrice, que la rivière a complètement ravagés.

Bruno Cloutier a encore beaucoup de travail devant lui pour remettre en état sa maison.
Photo Didier Debusschère
Bruno Cloutier a encore beaucoup de travail devant lui pour remettre en état sa maison.

Pertes totales

«Il y a un débordement de générosité», a déclaré le maire Gaétan Vachon. Les bénévoles en ont profité pour faire le nettoyage de parcs municipaux et de la piste cyclable. 

À Sainte-Marie, au moins une dizaine de bâtiments sont des pertes totales. Près d’un millier de résidences et commerces ont connu des dégâts. Les sinistrés attendent avec impatience une séance d’information du ministère de la Sécurité publique, demain soir, sur les programmes d’indemnisation. 

«On n’a pas de réponses et on ne sait pas ce qu’ils vont faire avec nos maisons. On est devant le néant», dit, angoissée, Nathalie Morissette, qui espère de bonnes nouvelles lors de cette rencontre.