/misc
Navigation

Investir dans les petits gâteaux Vachon

Coup d'oeil sur cet article

Question : L’usine mythique des petits gâteaux Vachon a été inondée à Sainte-Marie-de-Beauce cette semaine. La réouverture se fait attendre. Peut-on y investir quand même ?


Réponse :  Indirectement, oui. On peut acheter des actions Grupo Bimbo, la maison mère.

Après avoir appartenu à Saputo, puis à Canada Bread, les petits gâteaux Vachon sont désormais produits par une société mexicaine. Le fleuron de l’économie beauceronne est aujourd’hui dirigé par Grupo Bimbo (GRBMF), une société basée à Mexico depuis 73 ans. Premier boulanger mondial, avec des ventes de 15 milliards $ US, il emploie 138 000 personnes dans 32 pays. Vachon est une marque parmi un portefeuille qui en compte une centaine. Grupo Bimbo fabrique 13 000 produits dans 199 usines. La compagnie possède des marques connues mondialement, comme Sara Lee, achetée en 2011 pour 700 M$ US. Deux ans auparavant, elle achetait la filiale américaine de George Weston pour 2,4 G$ US. Chez nous, elle produit aussi les marques POM, Bon Matin et Tenderflake.

Un géant

Le Pink Sheet de Grupo Bimbo est coté à New York et s’apparente presque à un penny stock, car le titre cote à un peu plus de 2 $. Mais c’est un poids lourd de la Bourse mexicaine (BIMBOA.MX), avec une capitalisation boursière de 193,2 milliards de pesos (13,7 G$ CAN). Elle fait d’ailleurs partie de l’indice IPC Mexico et c’est une des dix plus importantes sociétés mexicaines selon les revenus.

Les opérations américaines de Grupo Bimbo sont plus importantes aux États-Unis que dans sa mère patrie. La multinationale rejoint 96 % des clients de grandes chaînes, comme Wal-Mart, Kroger et Costco, qui dominent le marché de l’alimentation chez nos voisins du sud.

En 2014, Grupo Bimbo achetait Canada Bread, alors sous la coupe de Maple Leaf Foods, pour 1,8 G$. Depuis, la société mexicaine occupe 43 % du marché canadien de la boulangerie, avec des ventes d’environ 100 M$ US à la fin du quatrième trimestre.

Ses ventes se répartissent à 50 % en Amérique du Nord, 31 % au Mexique, 10 % en Amérique latine et 9 % en Asie. Environ 57 % sont issues des pays développés. Grupo Bimbo contrôle 4,5 % du marché mondial de la boulangerie, qui présente un potentiel de consolidation important, car 31 % sont occupés par des boulangers artisanaux.

Depuis 2013, la croissance annuelle composée (CAGR) de Grupo Bimbo est de 10,4 %. Le boulanger a identifié l’Inde et la Chine comme ses marchés à forte croissance pour les prochaines années. Dans l’empire du Milieu, le nombre d’usines est passé d’une à dix depuis l’acquisition de Bimbo QSR & Mankattan. En Inde, le marché de la boulangerie a doublé depuis cinq ans.

La dette fluctue avec les acquisitions, mais elle baisse depuis l’acquisition de East Balt Bakeries, pour 650 M$ US, en 2017. Elle se situait à 4,4 G$ US à la fin du quatrième trimestre.

Le rendement du dividende est de 1,08 % (en hausse de 9,86 % sur cinq ans, selon Reuters), en deçà toutefois de la moyenne du secteur, et le cours/bénéfice, à 33,55, s’apparente à celui d’un « blue chip ».


► Question à notre investisseur

Les informations publiées dans cette chronique ne constituent pas des conseils ou des recommandations formulées par Le Journal. Toute personne intéressée doit consulter les conseillers ou professionnels autorisés pour ces fins par l’Autorité des marchés financiers.