/news/green
Navigation

Les vagues passent par-dessus sa digue de béton

Une résidente inquiète de Pointe-Calumet estime que sa Ville l’a oubliée

Inondation 2019
Photo collaboration spéciale, Stéphane Sinclair Nelly Clamaron est inquiète parce que l’eau passe par-dessus la vieille digue de béton qui a été construite derrière sa cour de la 29e Avenue, à Pointe-Calumet.

Coup d'oeil sur cet article

POINTE-CALUMET | Une riveraine a vécu l’angoisse pendant deux jours parce que des digues temporaires avaient été installées partout pour retenir l’eau sur une ancienne installation de béton sauf chez elle.

« Ce n’est vraiment pas drôle. Je suis terriblement inquiète. Ils ont installé des digues de bois temporaires, mais ils nous ont oubliés, moi et mon voisin », dénonce Nelly Clamaron, une résidente de la 29e avenue, à Pointe-Calumet, dans les Laurentides.

Sur la 34<sup>e</sup> Avenue, des contreplaqués rehaussent la digue.
Photo collaboration spéciale, Stéphane Sinclair
Sur la 34e Avenue, des contreplaqués rehaussent la digue.

Avec le niveau d’eau qui monte rapidement sur le lac des Deux-Montagnes, la municipalité a rehaussé la vieille digue de béton de 2,4 km de longueur qui s’élève à 25 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Ce sont les militaires, des employés de la municipalité, des bénévoles et même des employés de la Ville de Saint-Eustache qui ont procédé à la fabrication de la structure en contre-plaqué qui donne un mètre supplémentaire à l’ancienne protection de ciment.

Chez Mme Clamaron, la hauteur de la digue de béton semblait correcte, mais c’était sans compter sur les vagues et sur les fortes pluies de vendredi et samedi. Le niveau de l’eau léchait le haut de la digue.

Effectivement, en raison des vagues, l’eau passait par-dessus l’installation de béton, et le niveau d’eau sur le terrain de Mme Clamaron commençait à monter rapidement.

Invivable

« Je ne peux pas vivre ça. Ça me rend malade juste d’y penser. Si je suis inondée, je pars et je ne reviens plus », a lancé la riveraine, qui habite là depuis 30 ans.

Mme Clamaron est allée plusieurs fois à la municipalité pour demander qu’on vienne rehausser la digue. Elle craint que l’eau du lac passe par son terrain et celui de son voisin pour ensuite aller inonder les autres.

« S’ils ne viennent pas rapidement, tout le reste n’aura servi à rien », dit-elle.

« Nos équipes s’affairent à faire le plus urgent. Ils vont passer pour installer la digue temporaire avant la crue », dit Sonia Fontaine, mairesse de Pointe-Calumet.

Dossier réglé

En fin d’après-midi samedi, la digue a été installée chez elle et son voisin.

« On est beaucoup plus rassurés », a dit la dame qui tenait à féliciter la municipalité pour le travail accompli pour les riverains.

La mairesse a décrété l’état d’urgence vendredi, parce qu’elle s’attend à une hausse importante du niveau de l’eau. En après-midi, une centaine de travailleurs, soldats, bénévoles et cols bleus luttaient contre la nature.

Au total, 2000 résidences sont à risque d’être touchées.

Une vingtaine de résidences étaient déjà inondées samedi après-midi, notamment à l’extrémité est du boulevard de la Chapelle.