/news/green
Navigation

Rivière des Outaouais: le cap de 2017 bientôt dépassé

Rivière des Outaouais: le cap de 2017 bientôt dépassé
Photo Agence QMI, Marc Desrosiers

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Les précipitations des derniers jours ont fait augmenter le niveau de la rivière des Outaouais, si bien qu’on s’attendait samedi à franchir bientôt le cap atteint, il y a deux ans, lors des inondations qui ont touché le Québec et notamment l’Outaouais.

«Les niveaux d’eau et les débits sur le tronçon principal de la rivière des Outaouais poursuivent leur hausse en raison du ruissellement accru provenant des précipitations importantes reçues dans les parties nord et ouest du bassin et de la fonte des neiges», a fait savoir la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais (CPRRO), samedi matin.

La Commission observait qu’à 13 h 45, le niveau d’eau dans le secteur de la marina de Hull était de 44,96 m. Or, lors des inondations de 2017, la pointe était de 45,20 m. Le CPRRO prévoyait que d’ici mercredi prochain, le niveau maximum serait de 45,60 m.

Dans le secteur de Turso, le niveau de samedi à 13 h 45 était de 43,58 m alors qu’en mai 2017, la pointe avait été de 45,69, et l’on s’attend à ce que l’eau monte jusqu’à 44,10 m.

«On s’attend à ce que les niveaux d’eau dépassent ceux observés en mai 2017 tout le long de la rivière des Outaouais. Des endroits qui n’ont pas été touchés par les inondations en 2017 pourraient être à risque», a précisé la CPRRO.

Déjà, samedi, la pointe de 2017 avait été dépassée dans le secteur de Pembroke. Le niveau de la rivière dans ce secteur était de 113,22 m à 14 h, soit un peu au-dessus du niveau de pointe de 2017 qui avait été de 113,03 m.

La pointe de 2017 avait également été légèrement dépassée samedi après-midi dans les secteurs des lacs Coulonge et des Chats.

Lors d’un point de presse, vendredi, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, avertissait que «les prochaines semaines vont être longues et difficiles», anticipant d’ores et déjà le pire scénario.

«D’ici lundi ou mardi, on devrait dépasser les niveaux les plus élevés de 2017, et ce, partout sur le territoire, a-t-il dit. Ce qu’on va vivre dans les prochaines semaines, on ne l’a jamais vécu. Par contre, on est prêts.»

Rappelons que la rivière des Outaouais compte plus de 50 barrages et 13 réservoirs. En raison de son importance, la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais a été établie en 1983 par les gouvernements du Canada, du Québec et de l’Ontario afin d’assurer la gestion intégrée des principaux réservoirs du bassin de l’Outaouais.

«Cette gestion intégrée a pour but d’apporter une protection contre les inondations le long de la rivière des Outaouais et de ses affluents, particulièrement dans la région de Montréal, tout en préservant les intérêts des différents utilisateurs de l’eau, spécialement ceux qui ont trait à la production d’énergie hydroélectrique», peut-on lire sur le site de la CPRRO.