/news/green
Navigation

Deux fois plus d’évacuations qu’en 2017

Coup d'oeil sur cet article

La digue qui a cédé à Sainte-Marthe-sur-le-Lac samedi soir alourdit le bilan des crues printanières. À l’heure actuelle, plus de 9500 personnes sont évacuées à la grandeur du Québec, plus du double que lors des inondations historiques de 2017.

Seulement à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, environ 6000 personnes ont dû quitter leur résidence.

La situation est par ailleurs toujours préoccupante dans le secteur de Rigaud, où un peu moins de 600 résidents sont évacués, et en Outaouais, où 1700 personnes sont contraintes de vivre à l’extérieur de chez eux.

«En Outaouais, on devrait atteindre un plateau dans les prochains jours. Les baisses vont se faire ensuite sentir partout», a indiqué Éric Houde, porte-parole de la Sécurité civile.

Les niveaux des cours d’eau resteront quand même étroitement surveillés dans l’ouest du Québec, surtout en vue des précipitations que l’on prévoit mercredi.

«Ça risque de descendre très lentement. En 2017, ça avait été très long», a-t-il rappelé.

Bonnes nouvelles

Les nouvelles en provenance des Hautes-Laurentides sont meilleures alors que le débit de la rivière Rouge a diminué. Le barrage de la Chute-Bell, à la hauteur sur Grenville-sur-la-Rouge, qui menaçait de s’écrouler, et qui a forcé l’évacuation de 143 riverains la semaine dernière, devrait tenir, selon Éric Houde.

«Les évacuations sont toutefois maintenues. Il faut attendre encore pour qu’on puisse évaluer l’état du barrage», a précisé M. Houde.

Par ailleurs, les autorités surveillent maintenant de près la situation dans l’est du Québec. À Québec, la rivière Saint-Charles menace de sortir de son lit, mais au final, les régions de l’est devraient mieux s’en sortir que celles de l’ouest.

«Les nuits sont plus froides et on n’annonce pas beaucoup de pluie. À moins d’une surprise, ça devrait bien aller», a ajouté le porte-parole de la Sécurité civile.

Dégâts considérables

En Beauce, une centaine de maisons sont toujours inondées. Depuis que la Chaudière a fait des siennes, on y recense aussi beaucoup de refoulements d’égout, ce qui n’est pas comptabilisé dans les statistiques de la Sécurité civile.

«C’est certain qu’il va y avoir des conséquences même après les inondations. Il va y avoir des pertes totales. Il est encore trop tôt pour estimer les dégâts», a commenté Éric Houde.

À travers le Québec, c’est plus de 6400 résidences qui sont inondées et 3500 qui sont isolées par l’eau. La Sécurité civile appelle la population à rester prudente; une soixantaine de glissements de terrain ont été répertoriés depuis le début des crues.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.