/news/society
Navigation

Un avion canadien de la Deuxième Guerre mondiale retrouvé après 20 ans de recherche

L’épave d’un avion militaire canadien est localisée près de 75 ans après son écrasement en France

Épave avion canadien Saint-Malo
Photo courtoisie Vingt ans après avoir lancé ses recherches, le duo de plongeurs a découvert les quatre moteurs de l’avion, entourés de débris, l’été dernier. Cette photo permet de bien voir une hélice de l’appareil.

Coup d'oeil sur cet article

Après plus de 20 ans de recherche, deux plongeurs amateurs français ont retrouvé l’épave d’un avion canadien datant de la Deuxième Guerre mondiale. Ils se donnent maintenant comme mission de retracer la descendance des sept militaires qui ont perdu la vie dans l’écrasement.

La scène s’est déroulée le 31 août 1944. La ville de Saint-Malo, en France, est fraîchement libérée de l’occupation des forces nazies, mais une poche de résistance persiste sur la petite île de Cézembre à quelques kilomètres au large.

Trois semaines de bombardements continus n’étant pas venues à bout des irréductibles Allemands, les Alliés décident de porter le coup de grâce. Cuirassés britanniques et avions de divers pays alliés prennent part à l’assaut, dont 15 appareils Halifax de l’Aviation royale canadienne.

L’avion retrouvé est un appareil Halifax de l’Aviation royale canadienne, comme celui-ci.
Photo courtoisie
L’avion retrouvé est un appareil Halifax de l’Aviation royale canadienne, comme celui-ci.

Les efforts, marqués par le largage de près de 20 000 bombes, portent leurs fruits, alors que les nazis reclus annoncent leur reddition le 2 septembre. Malgré la position fort désavantageuse de l’ennemi, les vainqueurs n’échappent pas à la rançon de la gloire. Parmi les pertes figurent un avion canadien et ses sept occupants, qui ont sombré dans l’estuaire malouin de la Manche.

Huit témoins

Passionnés de la Deuxième Guerre mondiale, Olivier Brichet et Thierry Trotin se sont mis aux trousses de l’épave canadienne il y a plus de 20 ans, un bref rapport de l’armée canadienne leur confirmant que l’appareil a été porté « disparu » après le bombardement de Cézembre.

« En 1998, on a lancé un appel à témoins dans un journal local de Saint-Malo. Huit personnes qui étaient des adolescents à l’époque ont répondu », raconte Olivier Brichet, 56 ans, relatant que les résidents de la ville s’étaient réunis sur la plage pour observer les raids persistants.

« Avec l’effet du temps, leurs versions n’étaient pas tout à fait les mêmes », poursuit-il.

Ces témoignages permettent aux plongeurs amateurs de cibler une zone de deux kilomètres carrés dans l’estuaire. Mais ce n’est que 20 ans plus tard, après plus de 40 excursions, qu’ils ont finalement un espoir. Le 11 juillet, c’est la consécration : ils découvrent les quatre moteurs de l’avion, entourés de débris provenant de la carcasse. L’identité de l’avion est confirmée par la découverte d’une « chemise louvoyante », une « pièce caractéristique » de ce type d’appareil, selon M. Brichet.

La découverte d’une «chemise louvoyante» a permis de confirmer 
l’identité de l’avion. Photo courtoisie
Photo courtoisie
La découverte d’une «chemise louvoyante» a permis de confirmer l’identité de l’avion. Photo courtoisie

« Il y a 10 ans, on était passés à 400 m. Mais la visibilité dans ces eaux n’est que de 10 m », explique-t-il.

Retrouver la descendance

Les deux compagnons de plongée veulent maintenant honorer la mémoire des six Canadiens et du Britannique qui ont péri dans l’écrasement.

Ils espèrent pouvoir retracer la descendance des militaires disparus, afin de tenir une commémoration en mer au-dessus de l’épave le 31 août prochain, soit 75 ans jour pour jour après l’ultime sacrifice de ces six hommes qui avaient entre 21 et 31 ans.

Les disparus canadiens lors du crash

  • Officier James Ralph Beveridge, pilote
  • Officier Lorne Stanley Guernesay, co-pilote
  • Sergent Frederic Cuthbert Herman, navigateur
  • Sergent James Reid Hawkins, mitrailleur
  • Sergent Wendell Lyall Long, bombardier
  • Sergent Georges William Pharis, mitrailleur​