/opinion/blogs/columnists
Navigation

Carles Puigdemont: Ottawa doit s'expliquer!

Il n’a commis aucun crime, il n’a aucun dossier criminel

Carles Puigdemont
Photo AFP Carles Puigdemont

Coup d'oeil sur cet article

Le Canada a refusé l’entrée au pays d’un homme qui n’a commis aucun crime, un ex-président élu par une nation européenne. Pourquoi?  

Au bout du fil, Me Stéphane Handfield répond passionnément à mes questions. On comprend rapidement que cette décision d’Ottawa pourrait être très lourde de conséquences, notamment au Québec.   

Radio-Canada a sorti la nouvelle, par son journaliste Sébastien Bovet :    

«Carles Puigdemont a engagé l’avocat Stéphane Handfield pour le représenter. Celui-ci doit déposer lundi matin une requête en cour fédérale pour contester l’annulation de l’Autorisation de voyage électronique et exiger des explications.  

Aucun motif écrit n’aurait été donné pour justifier la révocation de l’autorisation.  

Selon le site internet du Ministère fédéral de l’Immigration, le Canada se garde le droit de refuser une AVE notamment pour «actions subversives» ou «activités criminelles».   

Quand j’ai parlé à l’avocat Handfield ce matin, il était justement à travailler à ce dossier. D’entrée de jeu, il faut comprendre que cette révocation, très tardive, de l’AVE, en pleine fin de semaine, n’a fort probablement pas été faite par un simple fonctionnaire selon le spécialiste en immigration.    

Tout ça sent l’intervention politique selon Me Handfield.    

La conséquence de cette annulation, sans motifs, sans explications de la part du ministère de l’Immigration fédéral, sera de repousser de plusieurs mois toute entrée au Canada par l’ex-président de la Catalogne. On sera chanceux si le processus de contestation de cette décision connaît une audience en 2019 m’explique l’avocat.   

Carles Puigdemont
Photo AFP

Une décision politique de la part d’Ottawa?  

Le processus d’AVE a été institué par le gouvernement Trudeau en novembre 2016 et vise les ressortissants de pays qui n’ont pas à obtenir de visa de touriste. Un citoyen français, par exemple, doit obtenir une AVE pour entrer au Canada.   

Le but de ce processus d’AVE est, en fin de compte, d’empêcher d’entrée au pays les « indésirables ». Me Handfield me cite en exemple le cas de l’humoriste français Dieudonné, un cas « d’indésirable » qui aurait été refusé par le processus d’AVE.   

L’ex président Carles Puigdemont avait passé ce processus avec succès, il avait obtenu son AVE. Normal, puisque celui-ci n’a aucun casier judiciaire et n’a jamais commis aucun crime.    

À moins que, pour Ottawa, le fait d’organiser un référendum sur l’indépendance de la Catalogne soit la raison pour laquelle cet homme est, dorénavant, un «indésirable».    

Sinon quoi?    

Stéphane Handfield l’explique sans détour :    

«Quel message envoie ce refus d’entrée, décidé à la dernière minute, fort probablement le fruit d’une intervention politique en haut lieu à Ottawa? Carles Puigdemont n’a commis aucun crime, il n’a aucun dossier criminel. Détenu en Allemagne sur demande de l’Espagne pour extradition, il a été libéré et la Cour européenne l’a blanchi.   

Carles Puigdemont
Photo AFP

Le message envoyé par Ottawa est donc que le Canada cautionne les procès politiques de Madrid!   

On se souviendra que le gouvernement fédéral n’a jamais fait emprisonner René Lévesque ou Jacques Parizeau car ceux-ci ont organisé un référendum sur l’indépendance du Québec.   

Par ce geste hautement symbolique, Ottawa pourrait dire que cette donne a changé. Et c’est très, très grave.  

Car le seul reproche que l’on peut avoir envers Carles Puigdemont c’est qu’il a organisé un référendum en Catalogne. Et ce que cautionne Ottawa, c’est l’équivalent de si le fédéral avait déclaré un référendum sur l’indépendance du Québec illégal, avait envoyé l’armée et détenu des élus du Québec!»   

Hier, en Catalogne, avaient lieu des élections hautement symboliques. Cinq parlementaires toujours détenus, des gens légitimement élus par la population de la Catalogne, ont été réélus.    

Seront-ils des «indésirables» aux yeux d’Ottawa? Est-il devenu illégal, ici d'organiser un référendum sur l'avenir du Québec? Serait-ce à dire que, dorénavant, Ottawa ne reconnaitrait plus le résultat d'un référendum, exercice démocratique légitime?  

Vivement des explications.