/misc
Navigation

Guerrero fils est sur la bonne voie

BBO-BBA-BBN-SPO-OAKLAND-ATHLETICS-V-TORONTO-BLUE-JAYS
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

1• Vladimir Guerrero fils a fait une entrée fracassante chez les Blue Jays de Toronto dans les derniers jours. À entendre les partisans torontois, on dirait qu’il venait de voir arriver le sauveur de leur concession. C’était juste fou !

J’étais dans la Ville Reine pour le premier match de Guerrero vendredi soir. Il y avait une sorte de fébrilité et d’excitation dans l’air qui m’a fait penser à un match des séries dans la LNH.

Les moindres faits et gestes de Guerrero, avant, pendant et après le match, ont été analysés. Le joueur de troisième-but n’a pas commis de faute lors de sa première journée au bureau dans les ligues majeures. Il a frôlé la perfection.

Il a visé dans le mille en faisant son entrée au Rogers Centre avec la chemise des Expos no. 27 sur le dos. Non seulement il a rendu un hommage à son père, mais c’était aussi un beau clin d’œil à Montréal qui l’a vu grandir durant les cinq premières années de sa vie. Je ne crois pas à la théorie que tout était planifié. J’ai senti que ça venait du cœur.

Par contre, on va attendre quelques bonnes saisons de sa part avant de pouvoir le comparer à son paternel sur le plan des statistiques. Pour le moment, on sait qu’il a les mêmes gènes et la même passion pour le baseball. C’est déjà un bagage plus qu’intéressant.

Martin a raison

Russell Martin avait raison de critiquer la gestion du dossier Guerrero fils par les Blue Jays. Après s’être remis d’une blessure à l’abdomen subie vers la fin du camp d’entraînement, le joueur de troisième-but a dû patienter pendant plusieurs jours avant d’être rappelé par le grand club.

Plusieurs observateurs, dont Martin, y ont vu une manœuvre administrative pour retarder l’admissibilité à l’autonomie de l’athlète de 20 ans jusqu’à la fin de la saison 2025. S’il est aussi talentueux qu’on le dit, Guerrero fera sauter la banque et les chances qu’il quitte Toronto sont très fortes.

On peut donc comprendre les Blue Jays de vouloir maximiser tous les revenus possibles durant les saisons du puissant cogneur en sol torontois. Cette décision n’avait rien à voir avec le rendement de leur espoir.

À Vegas et à...Stockton !

Grosse semaine dans les sports de combat. Je serai à Las Vegas pour les combats de Steven Butler et d’Erik Bazinyan. Par la suite, je me dirigerai vers Stockton pour assister au duel de championnat du monde IBF des mi-lourds d’Artur Beterbiev.

Je ne pense pas qu’aucun des trois n’est en danger, mais ils voudront passer des messages en prévision de leurs combats de l’automne. Butler et Bazinyan tenteront de se positionner pour un affrontement significatif dans leur catégorie respective.

Pour ce qui est de Beterbiev, il voudra se débarrasser de son opposant afin de mettre la table à un combat d’unification avant la fin de l’année. Une victoire spectaculaire serait le scénario parfait.

Du coin de l’œil, je vais surveiller les débuts de Marc-André Barriault dans l’UFC. Il ne voudra pas rater sa chance de faire une bonne première impression. Bref, l’action ne manquera pas.

2• On aura du plaisir à regarder Browne avec l’Impact

BBO-BBA-BBN-SPO-OAKLAND-ATHLETICS-V-TORONTO-BLUE-JAYS
Photo Pierre-Paul Poulin

À son premier match avec l’Impact, Omar Browne a laissé une belle carte de visite hier après-midi. Son but victorieux à la 83e minute était de toute beauté. Il faut lever notre chapeau à l’Impact. Ce matin, il est à égalité au premier rang de l’Association de l’Est avec le D.C. United. C’est un excellent départ en sachant que la troupe de Rémi Garde a disputé ses six premiers matchs sur la route. En plus, hier, il devait se débrouiller sans Nacho Piatti pour un septième match de suite.

3• Tourigny et ses 67’s partis pour un balayage complet

BBO-BBA-BBN-SPO-OAKLAND-ATHLETICS-V-TORONTO-BLUE-JAYS
Photo Jean-François Chaumont

Ce qui se passe chez les 67’s d’Ottawa n’est pas ordinaire. Dirigés par le Québécois André Tourigny, les Ottaviens n’ont pas encore subi la défaite depuis le début des séries dans la Ligue junior de l’Ontario (12-0). Dans le contexte du hockey de 2019, c’est assez incroyable. Les Ottaviens, détenteurs de la meilleure fiche en saison régulière, avaient toute la pression sur les épaules. Ils ont livré la marchandise de la manière la plus convaincante possible.

4• Ulysse a fermé le dossier Claggett une fois pour toutes

BBO-BBA-BBN-SPO-OAKLAND-ATHLETICS-V-TORONTO-BLUE-JAYS
Photo Pierre-Paul Poulin

Avec une victoire contre Steve Claggett, le boxeur Yves Ulysse fils a réglé un dossier qui le tenaillait depuis près de deux ans. Il peut maintenant s’attaquer à l’élite mondiale avec la tête en paix. Sa performance de jeudi soir en Californie a prouvé que sa défaite dans le premier combat lui a permis d’apporter sa boxe à un autre niveau. Même s’il se battait dans un ring plus grand, Ulysse n’a pas évité les échanges musclés avec son adversaire. En gros, il a battu Claggett à son propre jeu.

5• Les Cantonniers méritaient un meilleur sort

BBO-BBA-BBN-SPO-OAKLAND-ATHLETICS-V-TORONTO-BLUE-JAYS
Photo Martin Alarie

Après avoir été parfaits durant la phase préliminaire, les Cantonniers de Magog ont subi un revers crève-cœur en finale de la Coupe Telus hier soir. Les hommes de Félix Potvin ont échappé la victoire malgré 50 tirs au but. Ça fait donc 18 ans que le Québec n’a pas remporté le championnat canadien. Une disette qui est difficile à expliquer. Un nom à retenir : Justin Robidas. Malgré son gabarit, le fils de l’ancien défenseur de la LNH Stéphane Robidas est promu à un bel avenir dans la LHJMQ.