/finance/business
Navigation

Le tour de force d’Hélène Desmarais

Elle préside des organismes qui ont obtenu 50 % de l’aide de 100 M$ de Québec

Hélène Desmarais
Photo Tirée de Twitter, HEC Montréal Hélène Desmarais préside plusieurs des organismes qui ont reçu des millions $ de l’État pour définir le plan en intelligence artificielle au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Plus de la moitié des 100 millions $ consacrés cette année à l’intelligence artificielle dans le premier budget Legault sont confiés à des organismes gérés de près ou de loin par Hélène Desmarais, l’épouse du numéro 1 de Power Corporation, Paul Desmarais (fils).

Fin février, Le Journal a fait état des préoccupations de quelques entreprises du secteur qui ne voient pas d’un bon œil que près de 300 millions $ du milliard octroyé par Québec et Ottawa vont à des organismes dans lesquels elle joue un rôle stratégique.

Au mois de décembre dernier, le gouvernement du Québec a injecté 60 millions $ dans SCALE AI et IVADO Labs, de l’argent qui s’ajoute aux 10 millions $ versés en mars 2018 à HEC Montréal, présidé par Hélène Desmarais, pour les incubateurs NextAI et CDL.

Depuis ce temps, des dizaines de millions de dollars supplémentaires ont été rajoutés par le gouvernement Legault dans IVADO Labs, fondée il y a deux ans par Hélène Desmarais et l’expert Andrea Lodi.

« Argent neuf »

Dans le budget de mars 2019, des 100 millions $ prévus cette année pour le « Soutien aux activités de recherche en intelligence artificielle », plus de 35 millions $ vont à IVADO Labs, où Hélène Desmarais est « présidente exécutive ».

« Il s’agit d’argent neuf », confirme au Journal le porte-parole du ministère de l’Économie et de l’Innovation, Jean-Pierre D’Auteuil.

À ce nouveau 35 millions $ s’ajoute un autre 15 millions $, déjà annoncé, octroyé à SCALE AI, un « consortium dirigé par l’industrie », lequel est coprésidé par Mme Desmarais.

Quant à l’autre moitié du 100 millions $ du budget 2019, il va à l’Institut québécois d’intelligence artificielle (MILA) (32,5 millions $) et à Prompt Québec (17,5 millions $).

En plus de ces sommes, le budget Legault alloue 7,5 millions $ à Génome Québec, un organisme de découverte de nouvelles applications où Hélène Desmarais est administratrice.

Pour le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, le fait que la moitié de l’enveloppe en intelligence artificielle de recherche de l’année soit octroyée à des organisations près d’Hélène Desmarais ne pose pas problème.

« Je la connais bien »

« Ce n’est pas Hélène Desmarais. Il faut faire attention. Hélène Desmarais est la présidente du conseil. Je la connais bien. C’est une personne qui se donne pour créer ces unités-là, dit-il. Est-ce que l’on veut en donner à d’autres ? La réponse, c’est oui. »

Selon le ministre, Mme Desmarais ne fait que « donner de son temps à une cause qu’elle aime ». M. Fitzgibbon rappelle que ces organisations ne relèvent pas d’une seule personne, mais bien de plusieurs équipes. M. Fitzgibbon entend continuer à investir en intelligence artificielle. D’ici cinq ans, plus de 329 millions $ iront dans ce secteur, un chiffre qui pourrait être revu à la hausse. Jointe par Le Journal, Hélène Desmarais n’a pas donné suite à nos demandes d’entrevues.

Les joueurs clés en IA au Québec

Organismes
  • IVADO : recherche scientifique et économique en science des données
  • MILA : recherche et développement en apprentissage profond
  • SCALE AI : consortium dirigé par l’industrie
  • IVADO Labs : solutions IA pour la chaîne d’approvisionnement
Gros joueurs privés 
  • Google 
  • Facebook
  • IBM 
  • Microsoft 
Sommités mondiales  
  • Yoshua Bengio
  • Joëlle Pineau 
  • Hugo Larochelle
Investissements (depuis 2016)  
  • 1,1 milliard $
Financement en recherche  
  • 1 milliard $
Chercheurs et étudiants
  • 300
Experts 
  • 15 000
 
Source : Montréal International