/finance/opinion/columnists
Navigation

Lettre à Éric Martel, PDG d’Hydro-Québec

GEN-Allocution du PDG d'Hydro Québec Eric Martel
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Éric Martel, PDG d’Hydro-Québec, lors d’une allocution devant la Chambre de commerce, vendredi.

Coup d'oeil sur cet article

Monsieur Éric Martel, Hydro-Québec affirme haut et fort que la hausse moyenne des tarifs d’électricité le 1er avril 2019 est bel et bien de 0,9 % et non de 2,9 % comme je le mentionnais vendredi dernier dans ma chronique.

Et lors de votre allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, vous avez traité mon article de « fake news », sous prétexte que j’avais omis de tenir compte de la redevance d’abonnement de 40 cents par jour qui, elle, n’a pas augmenté.

Effectivement, je suis passé à côté de ladite redevance d’abonnement. Mais vous savez comme moi que cette redevance de 148 $ l’an par abonnement ne représente dans les faits qu’une fraction de la facture d’électricité.

En 2018, la redevance d’abonnement représentait 10,6 % de vos ventes globales d’électricité aux clients résidentiels.

Mais ce n’est pas une excuse pour l’oublier ! Et vous avez raison de me le reprocher.

Cela dit, le gros de la facture d’électricité est basé sur les deux autres composantes, soit un bas tarif sur la consommation des premières dizaines de kWh par jour et un tarif supérieur sur la consommation additionnelle.

Selon votre « Grille des tarifs d’électricité » au 1er avril 2019 d’Hydro-Québec, ce sont ces deux tarifs qui grimpent chacun de 2,9 %.

Quoi qu’il en soit, en raison des divers modèles de consommation de ses clients résidentiels, Hydro en arrive à conclure qu’en dépit de la hausse de 2,9 % des deux tarifs, la hausse moyenne sera limitée à 0,9 %.

Monsieur Martel, reste maintenant à savoir si la tendance (des six dernières années) de la hausse annuelle moyenne de 3 % de la facture de votre client résidentiel se poursuivra ou pas en 2019...

Entre 2013 et 2018

Depuis le début de la nouvelle vague des hausses de tarifs d’électricité d’Hydro-Québec, à partir de 2013, la facture moyenne de votre client résidentiel a bondi de 18,75 %.

Cela équivaut à une augmentation annuelle moyenne de l’ordre 3 % depuis 2012.

À la lumière d’une analyse des données d’exploitations rapportées dans les rapports annuels d’Hydro-Québec, la facture moyenne du client résidentiel s’est élevée en 2018 à 1399,68 $, par comparaison à 1178,65 $ en 2012. Ce calcul de la facture moyenne tient compte de deux variables, soit le montant des ventes d’électricité du secteur résidentiel et le nombre d’abonnements résidentiels.

Lors de cette même période de six ans, la consommation moyenne a grimpé de quelque 6 %. Et l’inflation cumulative s’élevait à 6,6 %.

Pour leur part, les hausses de tarifs d’électricité décrétées par la Régie de l’énergie totalisent 10,6 % en six ans : 2013 (1,7 %), 2014 (4,3 %), 2015 (2,9 %), 2016 (0,7 %), 2017 (0,7 %), 2018 (0,3 %).

Comme le précise Hydro-Québec, l’impact de la hausse de tarifs sur la facture peut varier d’un consommateur à l’autre, selon son type de consommation d’électricité.

Basé sur les données d’Hydro

Pour preuve, selon des données d’Hydro, le client moyen résidentiel qui consomme annuellement de 17 000 à 17 900 kilowattheures (kWh) a vu son tarif passer de 7,03 cents / kWh (2012) à 8,06 cents en 2018. Ce qui donne une hausse de tarif de 14,7 % dans cet exemple-là.

En terminant, soyez assuré, monsieur Martel, qu’il n’y a pas de « fake fews » dans mes calculs, ceux-ci étant basés sur des données tirées d’Hydro-Québec.