/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Mathieu Bock-Côté censuré: le dégoût

Mathieu Bock-Côté
Photo d'archives, Pascale Lévesque Mathieu Bock-Côté

Coup d'oeil sur cet article

Avouez que c’est quand même ironique : Mathieu Bock-Côté s’apprête à sortir un livre (L’empire du politiquement correct), dans lequel il écrit que la Police de la pensée censure de plus en plus ceux qui ne pensent pas du bon bord.

Et voilà que l’extrême gauche québécoise fait précisément ça : à cause de l’intimidation et des menaces, une conférence de Mathieu a dû être annulée par une minuscule librairie de l’avenue Mont-Royal.

QUI SERA LE PROCHAIN ?

Si vous avez envie de pogner une grosse déprime, allez lire les commentaires que l’on pouvait lire la semaine dernière sur la page de la librairie Le Port de tête qui annonçait pour le 9 mai une rencontre entre mon collègue et ami Mathieu Bock-Côté et le philosophe Louis-André Richard.

« Est-ce que les œufs et les tomates seront fournis, ou on doit apporter chacun les nôtres ? » écrivait un grand amateur de dialogue constructif.

D’autres commentateurs, à l’esprit ouvert et fin, réclamaient qu’on fasse à Mathieu le même traitement qui lui avait été réservé à la librairie du Quartier à Québec, quand un petit con lui avait lancé une tarte à la crème au visage, en le traitant de facho.

C’était assez loufoque de voir d’ardents défenseurs de la liberté d’expression (comme Anarchopanda ou Xavier Camus) trouver qu’il était tout à fait légitime d’appeler la librairie pour dénoncer l’invitation à MBC ou affirmer qu’ils se rendraient sur place pour bousiller la conférence.

Hmmmm, laisser l’autre parler pour entendre ses arguments, respecter son droit de parole, laisser les idées s’entrechoquer pour que naisse la lumière... tout ça, c’est dépassé ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Un autre argument stupidissime de la gogauche pour justifier qu’on s’oppose à la présence de Mathieu était : « Ce monsieur dangereux bénéficie déjà de plein de tribunes médiatiques, pas besoin en plus de l’inviter chez vous. » Quel argument fallacieux ! À ce compte-là, n’invitons à discuter que des penseurs obscurs qui publient dans des feuilletons paroissiaux.

Quelle tristesse de lire, en 2019, des dizaines de commentaires de lecteurs qui affirment qu’ils vont boycotter une petite librairie indépendante uniquement parce qu’elle a osé inviter un intellectuel québécois qui est pourtant sollicité chaque semaine pour s’exprimer sur les plus grands plateaux de télé et de radio en France.

SO-SO-SO SOLIDARITÉ

Heureusement, ce qui rassure, c’est de voir les personnalités publiques qui ont pris la défense de Mathieu Bock-Côté.

Guy A. Lepage : « Inacceptable. Si Tout le monde en parle n’était pas terminé, on aurait invité Mathieu Bock-Côté pour venir en parler. »

Jean-François Lisée : « Les librairies, les universités, tout le Québec doivent être des safe places pour le débat, le désaccord, l’argumentation. »

Marie-France Bazzo : « Vouloir faire taire ceux qui ne pensent pas comme elle devient un trait de caractère de l’extrême gauche. C’est du bullying, et ça discrédite toute la gauche. »

Guy Nantel : « Tellement écœuré de ces radicaux qui s’auto-proclament arbitres de ce qui doit être entendu ou non dans notre société par l’entremise de menaces lâches et anonymes. J’ai été souvent victime de ces groupes et si j’étais MBC, jamais je ne reculerais. »

Là-dessus, je te rassure, Guy.

Je connais assez Mathieu pour te confirmer : il n’est pas du genre à reculer.