/news/currentevents
Navigation

Action collective envisagée contre Sainte-Marthe-sur-le-Lac pour «négligence»

Coup d'oeil sur cet article

Un sinistré envisage d’entamer une action collective contre la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac pour sa «négligence» dans l’entretien de la digue qui a cédé samedi soir. 

Mardi matin, notre Bureau d’enquête a révélé que la Ville est au courant depuis 18 mois que cette digue exigeait d’importantes rénovations, mais elle n’avait toujours pas commencé les travaux parce qu’elle espérait obtenir une subvention.

«C’est une grosse injustice envers les citoyens, a indiqué Patrick Hardy, un sinistré de la 23e avenue. [...] C’est inacceptable.»

L’homme, qui est né à Sainte-Marthe-sur-le-Lac et qui y réside depuis 41 ans, fait partie d’un groupe de citoyens en colère qui ne comprend pas pourquoi les travaux nécessaires pour solidifier la digue n’avaient pas encore été effectués.

«On ne parle pas de peinturer une galerie, a-t-il déploré. On parle de réparer une digue pour éviter ce qu’on vient de vivre là. Ce n’est pas de la rigolade! C’est une digue qui protège des gens d’un désastre naturel [...].»

M. Hardy affirme même avoir vu la digue «suinter» avant la tragédie de samedi.

«Il y avait quelque chose qui se passait et ce n’était pas normal, a-t-il dit. Il y avait une brèche.»

Il maintient que ses demandes d’interventions auprès de la Ville sont demeurées lettre morte. «On n’avait qu’une question en tête, c’était: quand? On savait qu’elle céderait», a expliqué le résident.

«Matière à poursuite»

Selon l’avocat spécialisé en droit criminel François Marchand, «à première vue, il y a matière à poursuite».

«Il y a une présomption que l’équipement municipal doit être entretenu par la municipalité, sinon ça peut entraîner sa responsabilité.»

Si une action collective est bel et bien entreprise contre la Ville, elle devra donc «renverser la preuve et prouver qu’elle a fait diligence, qu’elle a bien entretenu l’équipement».

«La question fondamentale, c’est de savoir si l’équipement ou la digue avait entretenue et réparée, est-ce que ça aurait été suffisant pour arrêter les eaux? Là, je pense qu’on va avoir un bon débat de spécialistes.»

M. Marchand affirme malgré tout que «ce n’est pas gagné d’avance» pour les citoyens qui devront démontrer que la municipalité a respecté ses obligations.

En complément... 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.