/sports/hockey
Navigation

Antoine Morand en territoire connu

Antoine Morand en territoire connu
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Les Mooseheads de Halifax ont récemment obtenu leur billet pour la finale de la coupe du Président grâce à un gain en six parties devant les Voltigeurs de Drummondville au troisième tour éliminatoire. Voilà une situation qu’a déjà vécue l’attaquant de la formation des Maritimes Antoine Morand.

En effet, il s’agira d’une deuxième finale en deux ans pour Morand, qui avait réussi l’exploit avec le Titan d’Acadie-Bathurst l’an dernier, avant de remporter la coupe Memorial.

Pour l’occasion, les Mooseheads se mesureront aux puissants Huskies de Rouyn-Noranda. Morand y affrontera d'ailleurs un ancien coéquipier avec le Titan, le défenseur Noah Dobson.

«Les Huskies sont une équipe très compétitive avec beaucoup de profondeur, a souligné Morand, lors de l’émission Les Partants sur les ondes de la chaîne TVA Sports, mardi. Je pense que nous sommes des équipes qui se ressemblent beaucoup. [...] Il faudra jouer de la même manière que contre Drummondville. Il faudra lancer beaucoup au filet et attaquer leur gardien de but. Ils sont bons et connaissent une bonne séquence, mais nous avons confiance en nos moyens.»

Prédictions sans importance

Peu importe l’issue de la série, les deux formations se retrouveront au tournoi de la Coupe Memorial, puisque celui-ci sera disputé à Halifax. Et même si les Huskies sont favoris, Morand se fiche des prédictions des experts.

«Je ne pense pas que beaucoup de monde nous voyait battre Drummondville en 6, a indiqué Morand. Malgré ce que les experts disent, on se concentre sur ce qu’on peut faire.»

En demi-finale, Morand a, pour la deuxième année consécutive, éliminé son bon ami Maxime Comtois. Toutefois, ce n'est rien pour entacher l’amitié des deux espoirs des Ducks d’Anaheim.

«Ça fait deux années de suite qu’on joue contre en troisième ronde, a souligné Morand. On s’est souhaité bonne chance avant la série, puis ç’a été le silence par la suite. Lors de la poignée de main, je lui ai dit que ça faisait deux fois qu’on jouait contre et que la prochaine fois, on sera ensemble.»

«Je suis sûr qu’il va graduer l’année prochaine. De mon côté, il m’en reste à faire et puis on verra où ça me mènera. La prochaine fois qu’on se rencontrera, on aimerait que ce soit au niveau professionnel pour jouer ensemble», a-t-il ajouté.