/news/currentevents
Navigation

Bar de Sherbrooke: il veut dénoncer l’agression gratuite qu’il a subie

Bar de Sherbrooke: il veut dénoncer l’agression gratuite qu’il a subie
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 21 ans veut dénoncer l’agression vraisemblablement gratuite qu’il a subie dans un bar de Sherbrooke et qui lui a valu une fracture du nez.  

Louis Benoit, de Drummondville, était à la Commission des liqueurs de Sherbrooke avec un ami le 5 avril.   

Vers 23 h 30, il a senti qu'on lui donnait un coup de coude dans le dos. Il s’est retourné pour interpeller l’homme qui se trouvait devant lui. «Je ne suis pas une personne violente, mais je ne me laisse pas marcher sur les pieds», a reconnu M. Benoit.   

Les deux hommes ont échangé quelques paroles et il s'est fait pousser à nouveau selon les dires du Drummondvillois. Puis, ils se sont poussés et a été subitement frappé à l’œil gauche par une personne qui semblait être un ami de l’homme en face de lui.    

Une bousculade a suivi et Louis Benoit s’est retrouvé au sol. On lui a assené plusieurs coups au corps et au visage.   

C’est le portier du bar qui est venu mettre fin à la bagarre.   

Nez fracturé  

Louis Benoit dit s’être ensuite rendu à l’hôpital, où un médecin a constaté qu’il avait le nez fracturé.   

Il est allé porter plainte à la police pour voies de fait. Le porte-parole de la police de Sherbrooke Martin Carrier a confirmé que cette histoire fait l'objet d'une enquête.   

«S’ils m’ont fait ça, ça veut dire qu’ils peuvent le faire à d’autres personnes», dénonce sans détour M. Benoit.   

«Les personnes qui agissent de la sorte ne devraient pas s'en sortir sans aucune conséquence», conclut-il.   

La Commission des liqueurs a fait savoir «qu’elle n’avait pas regardé les caméras [...] et qu’elle collaborera avec la police». 

En complément...