/news/politics
Navigation

Jason Kenney promulgue la loi permettant de contrôler les exportations de pétrole

Jason Kenney
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

EDMONTON | À peine quelques heures après avoir été officiellement nommé premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney est passé de la parole aux actes, mardi, en promulguant une loi qui lui permettra de couper l’approvisionnement en pétrole de la Colombie-Britannique.

Adoptée, mais non promulguée par le précédent gouvernement néo-démocrate de Rachel Notley, la loi 12 permet à la province de déterminer la quantité de pétrole que peuvent exporter les entreprises. Elle avait été créée l’an dernier, tandis que les deux provinces de l’ouest s’affrontaient sur le projet d’oléoduc Trans Mountain.

Le nouveau premier ministre a expliqué ses intentions à ses voisins britanno-colombiens dans une lettre publiée par le Vancouver Sun, assurant ne pas avoir l’intention de recourir à la loi pour le moment.

«Nous n’avons pas promulgué cette loi pour réduire les exportations de pétrole à la Colombie-Britannique, mais pour avoir la possibilité de protéger la capacité de l’Alberta à obtenir une juste valeur pour ses ressources, si les circonstances le requièrent», a-t-il écrit.

En campagne électorale, Jason Kenney avait promis à maintes reprises de promulguer cette loi, allant jusqu’à menacer de faire de Vancouver une ville carboneutre d’ici 2020 si son maire et la province ne cessaient pas leurs actions en justice visant à empêcher le projet d’agrandissement de l’oléoduc Trans Mountain.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

«Cette campagne pour enclaver les ressources albertaines [...] a été dévastatrice économiquement, contribuant à un taux de chômage élevé et à des faillites», a dénoncé M. Kenney dans sa lettre.

Riposte en cour

La promulgation de la loi 12 et la lettre de Jason Kenney n’ont pas semblé émouvoir le gouvernement néo-démocrate de John Horgan.

Le procureur général de la province, Devid Eby, a assuré qu’il est prêt à se tourner vers les tribunaux pour déposer un recours contre la loi, qu’il juge inconstitutionnelle. Selon ce qu’il a expliqué au Vancouver Sun, une disposition de la Constitution du Canada empêche les provinces de limiter le commerce interprovincial de produits raffinés.

Le projet d’agrandissement de l’oléoduc Trans Mountain, au cœur du conflit entre les deux provinces, vise à acheminer jusqu’à 900 000 barils de pétrole par jour depuis l’Alberta jusqu’à la côte ouest, en vue de l’exporter. Le projet a été racheté par le gouvernement fédéral à Kinder Morgan pour 4,5 milliards $ l’an dernier.