/sports/golf
Navigation

Golf: le Circuit Canada Pro Tour disparaît

À l’aube de la saison 2019, le président Jean Trudeau annonce la fin des opérations

Jean Trudeau
Photo d'archives, Agence QMI Jean Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Après trois saisons d’opérations, c’est déjà la fin du Circuit Canada Pro Tour (CCPT). À une dizaine de jours du lancement du calendrier 2019, le président Jean Trudeau a annoncé qu’il devait cesser les activités en raison d’ennuis de santé.

Depuis un certain temps, le bruit courait dans le milieu que l’homme d’affaires présentait des ennuis médicaux, lui qui a des antécédents cardiaques.

La nouvelle tombée en milieu d’après-midi, mardi, en a surpris plus d’un, dont les golfeurs professionnels évoluant sur son circuit. Mais pour d’autres, elle ne faisait que confirmer ce qui circulait.

« J’en avais entendu parler, mais je ne croyais pas que c’était réel, a exprimé le golfeur émérite Marc-Étienne Bussières, grande étoile du CCPT en vertu de sa position de tête à l’échelle nationale. Comme plusieurs, il faudra trouver d’autres options, d’autres circuits pour jouer en compétition. »

Marc-Étienne Bussières figurait parmi les étoiles du Circuit Canada Pro Tour depuis sa première saison en 2016.
Photo courtoisie, CCPT
Marc-Étienne Bussières figurait parmi les étoiles du Circuit Canada Pro Tour depuis sa première saison en 2016.

Pour pallier ce trou budgétaire, Bussières pourra néanmoins compter sur les leçons qu’il offre à l’Académie de golf Longchamp, à Sherbrooke.

Autre figure connue du golf québécois, Dave Lévesque avait une pensée pour ses collègues évoluant exclusivement sur le circuit. Le vétéran s’affaire maintenant davantage dans ses tâches de professionnel en titre au Château-Bromont.

L’organisme provincial a déploré la situation. Golf Québec ne prévoit pas prendre le relais dans l’organisation de tournois comme ce n’est pas son mandat.

En diminution

Selon le calendrier préliminaire, le CCPT comptait 16 tournois à son horaire 2019, excluant des épreuves de qualifications. Du lot, 10 devaient avoir lieu sur les parcours du Québec, les autres se déroulant en Ontario.

L’an dernier, les tournois du circuit dirigé avaient attiré moins de 45 % des pros québécois. Souvent, les golfeurs de la Belle Province représentaient moins de 35 % des plateaux.

Un facteur explicable par la multiplication des tournois en région. Mais aussi en raison de l’amertume des pros suite à la faillite de l’AGP en septembre 2016 alors que Trudeau en avait été le directeur général de 1991 à 2015. Le rapport du syndic en insolvabilité l’avait d’ailleurs pointé du doigt.

Rejoint au téléphone mardi, celui qui avait dû déclarer la mort de l’AGP il y a trois ans, Rémi Bouchard, estime que la disparition du CCPT obligera les golfeurs à s’exiler au sud de la frontière.

Sinon, la nouvelle association PGA du Québec fondée en 2018 a récemment dévoilé son calendrier d’activités comportant huit tournois pour ses quelque 400 membres.

Le MacKenzie Tour, circuit de la PGA au Canada, a confirmé au Journal que l’Omnium Placements MacKenzie qui doit avoir lieu à Elm Ridge en septembre reste au calendrier même si Jean Trudeau en était le promoteur.