/news/politics
Navigation

Inondations: François Legault ignore si la digue sera reconstruite

Le premier ministre craint que le lac des Deux Montagnes soit pollué

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre François Legault, qui refuse de blâmer qui que ce soit pour les inondations à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, ignore si la digue qui est en cause sera reconstruite.   

«Il n’y a pas de décision de prise», a indiqué le premier ministre lors d’un point de presse accordé en marge d’une première visite au centre des opérations gouvernementales, à Québec.  

Photo Simon Clark

Avant de trancher, M. Legault souhaite d’abord que le gouvernement procède à l’évaluation des impacts environnementaux que pourrait avoir la reconstruction d’une digue permanente à cet endroit.  

Le premier ministre souhaite aussi avoir l’heure juste en ce qui a trait à la qualité de l’eau, qui, en s’infiltrant dans de nombreuses résidences, a pu entrer en contact avec différents polluants.  

«Une des inquiétudes qu’on a, c’est que cette eau devienne polluée puis retourne dans le lac des Deux Montagnes», a dit M. Legault.  

Problèmes connus depuis belle lurette  

Même si les problèmes avec la digue qui a cédé étaient connus depuis belle lurette, le premier ministre refuse de lancer la pierre à qui que ce soit à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.  

À son tour, M. Legault a confirmé qu’une firme d’experts avait constaté, il y a moins de deux ans, «qu’il y avait du travail à faire» sur la digue dont l’affaissement a provoqué l’inondation de 2500 résidences le week-end dernier.  

Photo Simon Clark

Il a rapporté que la municipalité s’était lancée, en 2018, dans un processus visant à «préciser» les «travaux importants» représentant «des millions de dollars» qui étaient requis sur une distance de 3,5 kilomètres.  

Tel qu’indiqué lundi par la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault, M. Legault a rappelé qu’une demande d’autorisation a été déposée en février dernier auprès du ministère de l’Environnement afin de planifier la réalisation de travaux l’automne prochain.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 «Je ne pense pas qu'à ce moment-ci, on puisse blâmer qui que ce soit. Personne ne pensait que c'était aussi urgent», a déclaré le premier ministre.  

 «Moi, je ne veux pas blâmer la mairesse, mais il n’y avait pas d'indication qu'il y avait une urgence possible à Sainte-Marthe-sur-le-Lac», a-t-il ajouté.  

Photo Simon Clark

Oui, il y avait un rapport, produit à la fin de l’année 2017, qui recommandait de «rehausser la digue de deux pieds», mais «la digue avait résisté en 2017, donc il n’y avait pas une perception, du côté de la municipalité, qu'il y avait une urgence», a dit M. Legault.  

«Exceptionnel» qu’il n’y ait pas eu de blessés  

Au final, le premier ministre trouve «quand même exceptionnel» qu’il n’y ait pas eu de blessés, grâce aux évacuations coordonnées rapidement par les autorités.  

Plus globalement, M. Legault a indiqué qu’à l’exception de la région de l’Outaouais, la situation est partout «stable ou en amélioration».

Photo Simon Clark

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, le tiers des citoyens qui avaient été évacués sans toutefois être inondés devraient pouvoir retourner dans leur maison aujourd’hui.

«Ne baissez pas les bras [...] Courage, tout le monde», a déclaré à ses côtés la vice-première ministre, Geneviève Guilbault.  

Le sujet a évidemment rebondi à l’Assemblée nationale, où les élus ont exprimé de façon unanime leur solidarité avec les sinistrés et ont plaidé en faveur d’une réflexion élargie pour minimiser les impacts d’éventuelles inondations.  

 Voyez des images des dégâts  

– Avec TVA Nouvelles

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.