/news/green
Navigation

Une digue aussitôt construite aussitôt détruite

Une digue aussitôt construite aussitôt détruite
Photo Courtoisie Simon Dessureault

Coup d'oeil sur cet article

Une digue bâtie en urgence le long d’un important rang dans Lanaudière par les Forces armées canadiennes a été retirée par la Municipalité dès le lendemain de sa construction.

Quarante-neuf soldats ont construit pendant une journée une digue de 9000 sacs de sable sur un kilomètre le long du rang Lafrenière à Mandeville ce qui n’aurait pas plu à certains citoyens.

«Des résidents se sont plaints que la digue avait pour conséquence de faire monter le niveau d’eau sur le terrain de leur maison, a raconté avec scepticisme Michel Chagnon, qui demeure près de l’endroit. La route [a été barrée] et est maintenant inondée, quel gaspillage d’argent et de temps!»

Une digue aussitôt construite aussitôt détruite
Photo Courtoisie

 

«Il y a eu de l’inquiétude citoyenne manifestée à la Municipalité à propos de la digue, elle n’était pas assez haute», a mentionné Daniel Brazeau, coordonnateur des mesures d’urgence pour le Service incendie de la MRC de D’Autray dont fait partie Mandeville.

La Municipalité a confirmé au Journal qu’elle avait retiré les sacs de sable formant la digue du rang Lafrenière le lendemain de sa construction.

Lundi, lors du passage de notre passage, la route avait été rouverte, mais elle était toujours couverte d’eau.

Une digue aussitôt construite aussitôt détruite
Photo Courtoisie

 

M. Brazeau a ajouté que les prévisions du débit de la rivière Mastigouche ont été revues à la hausse après la construction de la digue, tout comme le niveau du lac Maskinongé. «Ces nouvelles mesures rendaient la digue prévue inefficace», a-t-il ajouté.

Le capitaine Derek Picard-Fortin, officier des Affaires publiques aux Forces armées canadiennes, a pour sa part mentionné que les autorités civiles ont demandé la construction de cette digue. «C’est ce qui a été fait, a affirmé le capitaine. Les circonstances sur le terrain de Mandeville ont peut-être changé.»

Environ 3000 de ses sacs ont été redistribués dans la MRC de D’autray.