/news/green
Navigation

De l’eau souillée dangereuse pour la santé

De l’eau souillée dangereuse pour la santé
Photo Maxime Deland

Coup d'oeil sur cet article

Contaminée par les égouts, l’eau drainée par les inondations est pleine de bactéries qui peuvent causer des infections, préviennent des experts qui appellent à la prudence.

« On se retrouve avec une eau souillée », prévient Luc Lefebvre, toxicologue à la direction de la Santé publique de Montréal.

« Est-ce que ça peut présenter un risque ? Oui, certainement. Il faut avoir des mesures de protection », insiste-t-il.

Selon plusieurs spécialistes, l’eau qui a envahi les quartiers résidentiels au Québec, comme à Sainte-Marthe-sur-le-Lac dans les Laurentides, a fort probablement été souillée par les déchets des égouts.

Bactérie E. coli, dermatite, hépatite, autres pathogènes : les risques d’infections sont réels, surtout celui de contracter une gastroentérite.

Risque de gastro

« La principale préoccupation, c’est la gastro », dit M. Lefebvre, ajoutant que des infections plus graves sont possibles.

Les sinistrés qui se promènent à bord d’embarcations nautiques doivent être très prudents.

« Si on chavire et qu’on prend un bouillon, qu’on boit cette eau-là, on a un risque d’exposition », dit le toxicologue, qui rappelle que les précautions s’appliquent aussi aux animaux.

Autre risque : les bactéries aquatiques qui s’infiltreraient par une blessure.

« Des lésions sur la peau sont des points d’entrée pour des bactéries », prévient le Dr Karl Weiss, microbiologiste-infectiologue à l’Hôpital général juif de Montréal.

Selon un professeur en chimie environnementale à l’Université de Montréal, le niveau de contamination est difficile à prédire, mais il augmente lorsque l’eau est stagnante.

« Il faut garder en tête que l’eau est possiblement contaminée, dit Sébastien Sauvé. Il faut mettre des gants, [des bottes de caoutchouc], éviter de se toucher le visage. »

Eau non potable

Par ailleurs, l’eau a aussi sûrement été en contact avec des produits chimiques (réservoirs à huile, peintures, etc.), qui se trouvaient sur les terrains et dans les maisons inondées.

Pour éviter les infections, diverses mesures d’hygiène sont importantes à suivre, comme se laver les mains régulièrement et laver les vêtements souillés séparément. Pour le moment, la Santé publique de Montréal n’a pas rapporté de cas d’E. coli.

« Il y en a sûrement, avoue toutefois M. Lefebvre. Ce n’est pas facile en situation d’urgence de maintenir un niveau de rigueur, pour assurer qu’on ne se contamine pas. »

Les sinistrés dont l’alimentation en eau provient d’un puits devraient la considérer comme non potable. Par ailleurs, les sacs de sable qui auront baigné dans cette eau sont aussi contaminés et devront être jetés, prévient l’Institut national de santé publique du Québec.