/24m/transports
Navigation

Fermeture de la ligne Deux-Montagnes: la Banque Nationale relocalise des employés

Fermeture de la ligne Deux-Montagnes: la Banque Nationale relocalise des employés
ZACHARIE GOUDREAULT/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La Banque Nationale permet à ses employés qui seront touchés par la fermeture de la ligne de train de banlieue Deux-Montagnes de travailler à partir de bureaux à Laval et dans l’arrondissement de Saint-Laurent.

«C’est en place depuis quelques semaines déjà, a mentionné Marie-Pierre Jodoin, directrice des affaires publiques pour la Banque Nationale du Canada. Il s’agit d’emplacements qui étaient déjà existants et qui ont été réaménagés pour l’occasion.»

La Banque Nationale estime que quelques centaines de ses employés de bureau qui travaillent à Montréal se rendent au travail en utilisant la ligne de train de banlieue Deux-Montagnes, sur laquelle le service sera interrompu à partir de janvier 2020 pendant quatre ans en raison des travaux de construction du Réseau express métropolitain (REM).

Des autobus achemineront la clientèle des trains jusqu’à la station de métro Côte-Vertu, ce qui doublera leur temps de transport matin et soir. Plusieurs travailleurs ont décrié cette situation au cours des derniers mois, en soutenant que leur organisation familiale serait entièrement bouleversée.

«C’est une question qu’on suit de près. On est en dialogue en continu avec nos équipes sur les questions de transport reliées à la situation du train de Deux-Montagnes. On a des réseaux sociaux internes à la Banque, et c’est un sujet sur lequel il y a des échanges en continu», a confirmé Mme Jodoin, ajoutant que les relocalisations s’ajoutent à la possibilité de faire du travail à distance pour plusieurs employés de la Banque Nationale.

Pas la seule

Comme 15 000 personnes utilisent la ligne Deux-Montagnes chaque jour de semaine, plusieurs entreprises se retrouveront avec des employés touchés par la fermeture.

Chez Desjardins, la situation est prise au sérieux, même si aucune mesure concrète n’a été annoncée pour l’instant. «Nous en sommes à évaluer combien d’employés seront touchés pour leurs déplacements au travail en fonction de leurs modes de transport privilégié. Des pistes de solutions sont sur la table à dessin, mais il est encore trop tôt pour confirmer quoi que ce soit», a expliqué la porte-parole Valérie Lamarre.

Celle-ci ajouté que l’entreprise est en communication avec le gouvernement et les équipes du REM «pour partager ses préoccupations et analyser les pistes de solutions proposées pour minimiser les impacts sur l’ensemble des usagers du transport en commun».

Desjardins offre déjà la possibilité de faire du télétravail ou de travailler sur des horaires flexibles à plusieurs de ses employés, a souligné Valérie Lamarre.