/news/society
Navigation

Mort d’une fillette à Granby: le ministre Carmant demande la tenue de deux enquêtes

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre Lionel Carmant commande deux enquêtes pour tenter de comprendre précisément pourquoi le réseau n’a pas été en mesure d’empêcher la mort d’une fillette de 7 ans à Granby à la suite d’une possible négligence parentale, mais aucun des rapports ne sera rendu public.  

• À lire aussi - Une femme affirme être intervenue à plusieurs reprises en demandant à la DPJ d'agir  

«Je suis outré par ce que j’ai lu [mercredi] matin. Je ne comprends pas comment une enfant qui a été retirée de l’école et dont les grands-parents ont tenté de signaler la situation n’a pas été prise en charge par le système, par le réseau», a indiqué le ministre Carmant lors d’une mêlée de presse, mercredi matin. 

«Il y a clairement eu des failles», a-t-il ajouté, sans être en mesure d’identifier lesquelles. 

Pour faire la lumière sur la situation, M. Carmant a annoncé mercredi après-midi la tenue d’une enquête interne par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Estrie pour «établir quelles actions auraient pu être posées pour éviter cette situation». 

«J'ai exigé que ce rapport soit déposé sur mon bureau dans les plus brefs délais. C'est un dossier prioritaire pour moi», a dit le ministre Carmant. 

Ce rapport ne sera cependant pas rendu public, a précisé le ministre, car «des informations cliniques et personnelles pourraient s'y trouver». 

Autre enquête

Le ministre a également demandé à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), «un organisme indépendant du gouvernement du Québec», d’enquêter pour «fournir des recommandations [et] éviter qu'un cas similaire se reproduise». 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

La CDPDJ a confirmé l’ouverture d’une enquête, mais ici encore, le rapport ne sera pas rendu public, car il vise le cas individuel d’une enfant. 

De plus, le ministre Carmant a confirmé que l’enfant était «connue» de la DPJ «depuis le plus jeune âge» et qu’au moins un signalement a été fait à l’organisme au mois d’avril, ce qui n’a pas permis d’empêcher le décès de la fillette. 

Épouvantable

Par ailleurs, le premier ministre François Legault a qualifié d’«épouvantable ce qui est arrivé à cette petite fille», lors d’une mêlée de presse. 

«On veut savoir ce qui s’est passé avec le Centre jeunesse», a ajouté M. Legault, visiblement ébranlé. 

De son côté, le député de Granby, François Bonnardel, a dit être «extrêmement triste et préoccupé par ce qui s’est passé». 

«S’il y a eu des fautes, il y a des gens qui auront à répondre de ça», a-t-il ajouté. 

Pour sa part, la porte-parole libérale en matière de services sociaux, Hélène David, a insisté pour que les circonstances entourant le drame soient connues. 

«Je demande au ministre délégué Lionel Carmant [...] de vraiment faire toute la lumière sur les manquements dans ce dossier [pour savoir] ce qui s’est passé avec tous les intervenants», a-t-elle dit, en mêlée de presse.