/news/politics
Navigation

Inondations: Legault mandate huit ministres pour agir « rapidement »

Coup d'oeil sur cet article

François Legault a annoncé mercredi la création d’un « groupe d’action ministériel » chargé d’accélérer le versement d’indemnités aux citoyens touchés par les inondations tout en se préparant à la prochaine crue des eaux printanières.

Photo Simon Clark

 

En tout, huit ministres du gouvernement Legault – de la Sécurité publique, aux Affaires municipales, en passant par les Transports et l’Environnement – se réuniront prochainement afin de préparer un plan d’action en réponse aux inondations qui ont affecté plus de 10 000 personnes au cours des dernières semaines. 

Photo Simon Clark

 

Ce « groupe d’action » présidé par Geneviève Guilbault aura deux principaux mandats, a expliqué en point de presse le premier ministre. 

Deux principaux mandats

« À court terme, on veut s’assurer [...] qu’on indemnise rapidement les citoyens et les municipalités et qu’on réponde, à court terme, à leurs besoins d’ici la fin de l’année », a signalé M. Legault. 

« Le deuxième mandat du groupe d’action, ce sera de se préparer pour le printemps 2020 », a continué le premier ministre, en prévenant toutefois qu’il sera vraisemblablement impossible de réaliser tous les travaux requis avant le début de la prochaine saison hivernale. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, qui assurera la vice-présidence de ce comité, travaillera notamment à « revoir la définition des zones inondables », a souligné M. Legault. « L’objectif, c’est de ne plus permettre de construire dans des zones inondables », a résumé le premier ministre. 

L’action avant la politique

Le chef caquiste a du même coup balayé du revers de la main, du moins pour l’instant, la tenue d’un débat d’urgence tel que réclamé par Québec solidaire, de même que la mise sur pied, suggérée par le Parti québécois, d’une commission scientifique comme celle menée après la crise du verglas en 1998. 

« Ce que je ne voudrais pas, c’est qu’on fasse une commission qui durerait des mois ou des années pour analyser les problèmes, les solutions plutôt que de passer rapidement à l’action et de poser des gestes », a dit M. Legault. 

À l’initiative du Parti québécois, les élus de l’Assemblée nationale ont pourtant voté unanimement, mercredi, en faveur d’une motion demandant « au gouvernement d'évaluer rapidement la mise en place d'une commission scientifique » sur les inondations printanières 2019. 

M. Legault a laissé entendre que son gouvernement se pencherait plutôt sur la forme que pourrait, éventuellement, prendre une commission parlementaire où des spécialistes et des scientifiques pourraient se faire entendre. 

L’armée est là pour rester

Le premier ministre a par ailleurs accueilli positivement la décision prise par Ottawa de maintenir les Forces armées en place dans les zones inondées. 

La ministre Guilbault s’était un peu plus tôt adressée à ce sujet à son homologue fédéral, Ralph Goodale. 

« C’est une très bonne nouvelle, parce que j’ai entendu beaucoup de citoyens et de maires demander que l’armée reste pour le nettoyage, pour enlever les sacs de sable », a mentionné M. Legault, qui prévoit se rendre à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, jeudi après-midi. Un haut fonctionnaire a d’ailleurs été dépêché dans cette municipalité durement touchée par les inondations afin d'y coordonner toute l’action gouvernementale.