/misc
Navigation

Québec solidaire et les «idiots utiles» de la gauche

Autodafé de livres à Berlin en 1933
Photo Wikipedia Autodafé de livres à Berlin en 1933

Coup d'oeil sur cet article

Les menaces de violence pour empêcher Mathieu Bock-Côté de s’exprimer sont révélatrices de la grande conversion de la gauche d’ici qui fait maintenant siennes les pratiques de la droite d’autrefois. Pour moi, cette affaire a des relents de la fameuse « loi du cadenas» de Duplessis qui interdisait l’utilisation de locaux par des organisations communistes. Et des autodafés nazis de livres d’auteurs qui ne leur plaisaient pas. 

Parallèlement, la gauche québécoise, coagulée autour de Québec solidaire, fait une culbute complète et renonce à la laïcité (pourtant un de ses crédos) pour encourager le port du voile. Adil Charkaoui et les intégristes musulmans doivent se gausser que la gauche solidariste est composée d’«idiots utiles» pour reprendre l’expression de Lénine pour qualifier avec mépris les intellectuels de gauche occidentaux qui soutenaient le communisme. 

La gauche solidariste non seulement embrasse à bouche que veux-tu l’intégrisme musulman, mais elle donne l’impression de se désintéresser des plus démunis et défavorisés, soupçonnés de populisme, au profit des nouveaux « damné-e-?-!-s de la Terre» fémino-LGBT tous azimuts. Mais, au fond, la vieille mentalité chrétienne de solidarité perdure. Non plus avec les laissés-pour-compte, mais avec des groupes sociaux qui en revendiquent le statut. 

Le sociologue Robert Michels a montré comment les masses italiennes à la fin du XIXe siècle abandonnèrent l’Église catholique pour le socialisme. Après avoir pendant des siècles défilé, lors de la Fête-Dieu, derrière des images du Christ et de la Vierge, du jour au lendemain le bon peuple s’est mis à marcher, le 1er mai, en brandissant des images de Marx et d’Engels. La vérité imposée d’en haut et les valeurs de solidarité de l’Église catholique avaient été reprises par les organisations politiques marxistes. Ce que les masses catholiques européennes ont connu dans les années 1880-1900, nous, au Québec, nous l’avons vécu entre 1960 et 1980. Le même transfert s’est effectué de l’Église vers l’idéologie socialo-communautariste, qui proposait une version laïque de la solidarité catholique et un paradis sur Terre plutôt qu’au-delà des nuages. Mais la mentalité restait la même. Québec solidaire et ses partisans s’inscrivent dans cette continuité en y introduisant une intolérance astreignante. 

Pour Québec solidaire et le Plateau, être de gauche est un brevet d’honnêteté et de compassion. Comment peut-on être aussi crédules et naïfs ? En Occident des grands partis socialistes et sociaux-démocrates ont été parmi les plus corrompus et incompétents de l’après-guerre. Le Parti socialiste français et sa figure emblématique François Mitterrand en sont de bons exemples. Première mystification, ce parti n’a jamais représenté la classe ouvrière. C’était la job du PC. Le Parti socialiste était au pouvoir lorsque j’étais correspondant à Paris dans les années 1980. Je me rappelle les congrès du PS avec tous ces bureaucrates bedonnants à barbe grise bien taillée et en complet veston qui prétendaient parler au nom du « peuple de gauche ». Le PS défendait les intérêts de la bourgeoisie bureaucratique. Dans cette France dirigée par la gauche, les entrepreneurs devaient contribuer à la caisse du PS pour obtenir des contrats de l’État ou des municipalités socialistes. On se serait cru au Québec gouverné par le Parti libéral ! 

Quelques mots sur François Mitterrand. Cet homme de gauche s’est acoquiné avec Sylvio Berlusconi, alors parrain des médias en Italie, pour ouvrir au privé les ondes françaises. 

Je me demande combien Berlusconi a dû casquer au PS ou à Mitterrand. Le PS acceptait aussi de l’argent des dictateurs africains. En retour, Mitterrand les maintenait au pouvoir en envoyant à la rescousse, si nécessaire, des parachutistes et/ou des mercenaires. L’homme de gauche qui contrôlait ce racket de protection était son fils, Jean-Christophe, qui fut éventuellement condamné à 30 mois de prison en rapport avec ses affaires africaines. 

Et si on a la mémoire longue et qu’on remonte encore plus loin dans le temps, on se rappelle qu’en 1940, le groupe socialiste à la Chambre des députés a voté à l’unanimité les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Le jeune François Mitterrand a d’ailleurs été décoré de l’ordre de la Francisque pour services rendus à l’État-collabo de Vichy. 

C’est Charles de Gaulle, un homme de droite, un général de surcroît, qui a sauvé l’honneur de la France et qui a été son plus grand et plus illustre président. 

Vive la gauche solidariste !