/finance/business
Navigation

Qui mettra la main sur le voyagiste Transat?

La société québécoise surprend tout le monde en annonçant des discussions qui pourraient mener à sa vente

Jean-Marc Eustache a répondu aux questions des journalistes après l’assemblée annuelle de Transat, hier matin.
Photo Sylvain Larocque Jean-Marc Eustache a répondu aux questions des journalistes après l’assemblée annuelle de Transat, hier matin.

Coup d'oeil sur cet article

Transat a causé toute une commotion hier en confirmant la tenue de discussions avec plus d’un acheteur potentiel. Les yeux se tournent vers le transporteur albertain WestJet, qui est de plus en plus ambitieux à l’international.

L’annonce, faite quelques minutes avant l’ouverture de l’assemblée annuelle de Transat à Montréal, a donné une couleur très particulière à l’événement.

Visiblement mal à l’aise, Jean-Marc Eustache, PDG et cofondateur de l’entreprise montréalaise, a expliqué aux actionnaires que le conseil d’administration avait été « obligé » de publier un communiqué de presse parce que les informations concernant les « manifestations d’intérêt » avaient commencé à « percoler ».

 

 

« Il y a des gens de compagnies qui nous ont approchés, et le problème, c’est qu’à un moment donné il y a eu une fuite dans le marché, et là, ça partait dans tous les sens », a précisé M. Eustache en conférence de presse.

Ce n’est pas Transat qui a lancé le bal, a assuré le dirigeant. En vertu des règles boursières, les entreprises cotées doivent étudier toute offre d’achat et la soumettre au vote des actionnaires si le conseil le juge opportun.

« Ce qui est clair, c’est que nous, on n’est pas là en train de vouloir vendre l’entreprise », a insisté Jean-Marc Eustache.

« Est-ce que la société va partir du Québec ? Ce n’est pas notre intention », a-t-il également dit.

Minorité de blocage

Trois actionnaires québécois possèdent ensemble une minorité de blocage dans Transat : le gestionnaire Letko Brosseau détient 18,2 % de l’entreprise, le Fonds FTQ, 11,6 %, et la Caisse de dépôt, 5,9 %, pour un total de 35,6 %.

« On est toujours disponibles pour appuyer des acquéreurs québécois », a commenté un porte-parole du Fonds FTQ, Patrick McQuilken.

« La Caisse ne télégraphie jamais aux marchés ses stratégies ou intentions », a indiqué un porte-parole de l’institution, Maxime Chagnon.

En vertu de la Loi sur les transports, aucun transporteur aérien ne peut appartenir à plus de 49 % à des intérêts étrangers. Jusqu’à l’an dernier, ce plafond était de 25 %, mais M. Eustache a estimé que la convoitise que suscite Transat « n’a rien à voir » avec ce changement.

De façon étonnante, l’homme de 71 ans s’est montré somme toute détaché face à la possible vente de l’entreprise qu’il a cofondée il y a plus de 40 ans.

« Je ne suis pas très important là-dedans, a-t-il soutenu. Ce qui est important, c’est le bien de l’entreprise. »

Le conseil de Transat a mis sur pied un comité spécial pour étudier les propositions. Il est présidé par Jean-Yves Leblanc, un ancien président de Bombardier Transport.


Prix de clôture de l’action: 8,29 $ +46 %

 

Ce qu’ils ont dit

« [On doit] tout faire pour garder le siège social au Québec. J’ai eu un gros pincement au cœur lorsque j’ai appris qu’Air Transat pourrait être vendue. » – François Legault, premier ministre

 

« On va être au rendez-vous s’il y a des gens du Québec qui veulent acheter l’entreprise. Par contre, le gouvernement n’ira pas de lui-même acheter Air Transat. » – Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie

« C’est sûr qu’une action basse et une entreprise avec beaucoup de cash au bilan, ça peut amener toutes sortes de monde à toutes sortes de réflexions. » – Jean-Marc Eustache, PDG de Transat

 

Des acheteurs potentiels

Plusieurs entreprises pourraient être intéressées par l’acquisition de Transat. En voici quelques-unes.

Westjet

  • Deuxième transporteur en importance au Canada
  • De plus en plus présent dans le Sud et en Europe
  • Vient de mettre en service son premier Boeing 787 Dreamliner
  • Activités complémentaires à celles de Transat
  • « WestJet ne commentera pas sur des transactions concurrentielles », a dit une porte-parole, Lauren Stewart

Sunwing

  • Voyagiste canadien soutenu par le géant allemand TUI
  • Plus important rival de Transat dans les destinations soleil
  • Le Bureau de la concurrence bloquerait probablement une transaction

Air Canada

  • Plus importante compagnie aérienne au pays
  • Concurrent féroce de Transat dans le segment vacances avec Rouge
  • N’a jamais montré d’intérêt pour Transat
  • Le Bureau de la concurrence bloquerait probablement une transaction

Qatar Airways

  • Grand transporteur du golfe Persique
  • A pris une participation de 5 % dans China Southern Airlines en décembre
  • Ottawa interdit toutefois aux compagnies aériennes étrangères de détenir plus de 25 % d’un transporteur canadien

Fonds privés

  • KKR (É.-U.), EQT (Suède) et Fosun (Chine)
  • Pourraient être sur les rangs pour Transat, selon l’analyste Benoit Poirier de Desjardins
  • Fosun est partenaire du voyagiste britannique Thomas Cook
  • Thomas Cook collabore avec Transat en Europe

 

Air Transat

  • 1978: Jean-Marc Eustache reprend le voyagiste Tourbec
  • 1987:Transat entre en Bourse et lance Air Transat
  • 2006: Transat achète les agences Thomas Cook et Marlin au Canada anglais
  • 2012: Transat acquiert Vacances Tours Mont-Royal