/news/green
Navigation

Résidents prêts à faire face à une crue

Des citoyens de Saint-Jean ont eu des sacs de sable

Michel Côté a barricadé une partie de sa résidence avec du sable depuis quelques jours, tout comme des centaines de riverains de Saint-Jean-sur-Richelieu.
Photo Héloïse Archambault Michel Côté a barricadé une partie de sa résidence avec du sable depuis quelques jours, tout comme des centaines de riverains de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU | Même si les citoyens de Saint-Jean-sur-Richelieu ne sont pas inquiets de revivre une inondation comme celle de 2011, certains riverains se préparent au pire et ont protégé leur maison avec des sacs de sable.

« Il ne faut pas prendre de chance, mais je suis habitué », souligne le retraité Michel Côté, un citoyen de Saint-Jean-sur-Richelieu qui garde le moral.

Avec les pluies des prochaines heures, le niveau de la rivière Richelieu sera à la hausse au cours des prochains jours, confirme la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

De façon préventive, quelques centaines de riverains reçoivent des sacs de sable. Déjà, le seuil minimal d’inondations est atteint.

Léger débordement

« C’est très léger comme débordement, note Sylvain Latour, coordonnateur en consultation publique à la Ville. Mais, on va surveiller les pluies. »

Pour le moment, rien ne laisse croire que la rivière Richelieu causera de fortes inondations.

Plusieurs citoyens gardent tout de même en tête l’horrible printemps de 2011, lors duquel la région avait été frappée par des crues exceptionnelles.

Michel Côté a barricadé une partie de sa résidence avec du sable depuis quelques jours, tout comme des centaines de riverains de Saint-Jean-sur-Richelieu.
Photo Héloïse Archambault 

« Il ne faut pas s’en faire, parce qu’on se fait du sang de cochon, et ça donne des cancers », philosophe M. Côté.

De passage à Saint-Jean-sur-Richelieu mercredi, Le Journal a pu constater que plusieurs terrains au bord de l’eau et des rues résidentielles sont inondés.

Souvent, les sacs de sable ne sont pas encore installés.

« C’est au cas où, dit Claudette Duquette, qui vit en bordure de la Richelieu depuis 50 ans. On se croise les doigts. »

« Être prêt »

Mercredi, M. Côté fignolait quant à lui le mur de sable autour d’une partie de sa résidence. « Il faut quand même être prêt », dit-il, assurant que ses pompes fonctionnent.

D’ailleurs, c’est le premier printemps où l’eau est aussi haute depuis 2011.

« C’est un peu décourageant, avoue Nancy Mathieu, dont la propriété est présentement à vendre. Ç’a monté pas mal. »

« C’est haut, mais c’était plus haut en 2011 », compare Normand Guertin, 84 ans, dont la cour arrière est partiellement inondée.