/news/currentevents
Navigation

Cérémonie en l’honneur «d’un vrai petit ange»

Coup d'oeil sur cet article

GRANBY | Plusieurs centaines de citoyens dévastés étaient rassemblés hier soir afin de rendre hommage à la fillette décédée des suites d’un atroce calvaire.

Des gens éprouvés, et d’autres solidaires, se sont réunis hier soir, à Granby en Montérégie, devant la résidence où la fillette de 7 ans a vécu l’enfer avant de mourir.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Des gens éprouvés, et d’autres solidaires, se sont réunis hier soir, à Granby en Montérégie, devant la résidence où la fillette de 7 ans a vécu l’enfer avant de mourir.

C’est sous la pluie dense qu’a eu lieu la vigile organisée à la mémoire de l’enfant martyre, à Granby.

Les gens, dont bon nombre étaient en pleurs, se sont recueillis, bougies à la main, durant plus d’une heure. La mère biologique était aussi présente. Des poèmes ont été récités par des proches et une envolée de ballons a été effectuée.

Des toutous

Des toutous ont été déposés et des cierges ont été allumés à sa mémoire.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Des toutous ont été déposés et des cierges ont été allumés à sa mémoire.

Plus tôt dans la journée, jeunes et moins jeunes se relayaient sans arrêt devant la maison du couple qui doit comparaître ce matin au palais de justice de Granby.

Un amas de peluches et de mots de réconfort se sont accumulés au fil des heures.

Beaucoup de parents, accompagnés de leurs enfants en bas âge, ne pouvaient s’expliquer l’enfer qu’a dû subir la fillette de 7 ans.

Certains étaient en colère, d’autres tristes, tout simplement.

« Je suis très fâchée contre le Directeur de la protection de la jeunesse [DPJ] et l’école. Il faut arrêter d’étudier les dossiers et agir ! » a déploré Lise Faucher, entourée d’autres gens frustrés par le drame.

« C’est épouvantable. C’était important pour moi de venir ici pour la petite », a souligné Audrey Corriveau, qui ne pouvait s’empêcher de penser à ses deux enfants de 5 et 9 ans.

Richard Samson, Un voisin
Photo Jonathan Tremblay
Richard Samson, Un voisin

« J’ai toujours cru qu’ils étaient des monstres [le père et la belle-mère]. Je croyais aux rumeurs. Qu’est-ce que j’aurais pu faire ? Ça me ronge », culpabilisait pour sa part Michel Samson, un voisin du secteur.

Un rayon de soleil

Ceux qui avaient auparavant connu l’enfant l’ont caractérisée par sa joie de vivre.

« Je l’ai déjà gardée par le passé. C’était un petit rayon de soleil », a confié la voisine chez qui la fillette en détresse aurait tenté de se réfugier aux petites heures de la nuit, la veille de la tragédie.

Vers 1 h 30, lundi, son mari Richard Samson a entendu sonner à sa résidence. Une fois à la porte, il n’y avait personne.

Toutefois, il a aperçu dans le petit boisé adjacent à sa maison la petite fille en larmes, dans les bras de son père. La noirceur l’empêchait de voir clair.

 

Appel à sa mère

« Je l’ai entendue appeler sa mère ! Son père tentait de la consoler. Sa belle-mère, de l’autre côté de la rue, m’a dit qu’elle s’était encore sauvée », a relaté hier M. Samson, encore sous le choc.

« Elle a aussi voulu venir chez nous, à côté, a ajouté Joanne Boisclair, qui travaille à la garderie que fréquentaient la fillette et son jeune frère. C’était tellement une petite fille joyeuse. Un vrai petit ange », a-t-elle poursuivi, bouleversée.


En après-midi, une connaissance de la famille a fait visionner une vidéo aux membres des médias sur place. La petite fille, qui devait avoir 3 ans à l’époque, y chantait Que je t’aime, de Johnny Hallyday. Personne n’a su retenir ses larmes.