/news/currentevents
Navigation

Drame de Granby: «Ma fille n’était pas agressive ni violente»

Coup d'oeil sur cet article

GRANBY | Les parents de la femme de 35 ans accusée de séquestration et de voies de fait graves contre la fillette de 7 ans de Granby ont réagi jeudi, en entrevue avec TVA Nouvelles, en exprimant leur tristesse face au décès de l'enfant. Ils ne croient cependant pas que leur fille ait pu poser un acte aussi cruel. 

• À lire aussi - Enfant martyre: il faut que l’indignation populaire persiste, disent des ex-juges 

• À lire aussi - Un employé critique la DPJ: «régulièrement, on quitte avec le sentiment du devoir non accompli» 

• À lire aussi - «Ils lui avaient coupé les cheveux comme Aurore l’enfant martyre» 

«J’ai réagi très mal en apprenant la nouvelle. Je me sens mal», a déclaré la mère de l’accusée, qui vit en Estrie. 

«Ma fille n’était pas agressive ni violente, non, non, non, jamais», a-t-elle ajouté. 

Ce sont des moments difficiles à traverser», a admis le père de l’accusée. 

Ce dernier adresse de nombreux reproches à la grand-mère paternelle, qui a eu la garde de la fillette pendant 44 mois. 

«La grand-mère paternelle a inventé plein de choses, c’est elle qui a rendu malade la petite», a-t-il soutenu. 

Mauvais traitement 

En ce qui a trait aux faits allégués concernant le mauvais traitement de l’enfant qui aurait été ligotée, le père de l’accusée a expliqué qu’il n’avait pas encore eu l’occasion de discuter avec sa fille. Il doute toutefois qu’elle ait pu poser des gestes aussi graves. 

«Moi, je ne crois pas qu’elle aurait pu faire ça, a-t-il dit. J’essaie de rester hors de toute la procédure judiciaire, parce que la Sûreté du Québec va interroger chaque personne.» 

• À lire aussi - «Ça prend vraiment des monstres pour avoir fait ça» – François Legault

Questionné sur l’état de santé mental de sa fille, le père de l’accusée soutient qu’elle n’avait pas de troubles psychiatriques. 

«Elle n’a jamais eu de troubles psychiatriques. Ma fille était très malade à cause du stress lié à des opérations. Ma fille et son conjoint ont d’ailleurs demandé de l’aide pour la petite fille toutes les semaines, mais il n’y avait personne. Vous savez quelle a été la solution de l’école? Ce fut de renvoyer la petite à la maison. Elle faisait des crises. Les spécialistes lui ont prescrit des médicaments très forts. Un psychiatre a bien dit que certains médicaments pourraient la rendre folle. Il avait prévenu les parents de surveiller la fillette et si elle fait de petits trucs, gardez-la dans sa chambre. Ils n’ont jamais voulu faire mal à la petite, ils voulaient juste la protéger.»