/news/currentevents
Navigation

La fillette fouillait dans les poubelles la nuit pour se nourrir, selon un voisin

Coup d'oeil sur cet article

 Un deuil collectif s’est amorcé en réaction à la mort tragique de la fillette martyre, mardi, à Granby. Encore aujourd'hui, des gens s’arrêtaient devant la maison de la petite pour se recueillir. Pendant que les hommages continuaient d’affluer, les détails sur cette sordide histoire aussi s’additionnaient.  

 • À lire aussi: Le directeur de la DPJ Estrie relevé de ses fonctions 

 • À lire aussi: Pas de nouvelles accusations contre le père et la belle-mère 

 • À lire aussi: La fillette de Granby avait subi plusieurs sévices 

 Un voisin chez qui elle a tenté de trouver refuge avant que les autorités ne la retrouvent gravement blessée a raconté à TVA Nouvelles avoir été témoin de fugues de la fillette, en pleine nuit. À plusieurs reprises, la petite victime se serait enfuie de la maison pour aller fouiller dans les poubelles d’un commerce à proximité.   

 «Eux autres [le père et la belle-mère], ils disaient qu’elle avait déjà fait ça souvent, des fugues nocturnes pour aller fouiller dans les poubelles de chez Patate Dino, pour aller se nourrir la nuit», a rapporté l’homme ce matin.   

Devant pareille situation, le père trouvait toujours une justification à donner. « Il avait toujours de quoi pour se défendre, une petite excuse. “Sa médication a été changée... Ah, un nouveau médicament, elle va dormir plus la nuit, elle va arrêter de faire des fugues.” Mais dans le fond, ça cachait quoi?» se demande-t-il.   

 Il s’interroge également sur le rôle de l’école que fréquentait la fillette martyre, d’où elle avait d’ailleurs été retirée récemment. «Ils la voyaient, eux autres! Elle n’avait pas l’air si amaigrie que ça, mais, par contre, elle avait toujours un “ventre de Biafra” [NDLR en référence à une famine qui a frappé une région du Nigéria il y a 50 ans]. Ça, elle l’a tout le temps gardé. Depuis qu’on la connaît, elle a toujours eu un ventre de Biafra.» Selon lui, ces signes auraient dû alerter ceux qui la côtoyaient au quotidien.   

 «Comment ça se fait, que personne n’ait rien vu?» déplore l’homme.   

 Retour  

 Lundi, la fillette a été conduite au centre hospitalier après avoir été retrouvée dans un état critique dans la résidence familiale. Elle a rendu l’âme le lendemain. Le dossier qui a ému tout le Québec a, depuis, rebondi à l’Assemblée nationale, où une minute de silence a notamment été observée à la mémoire de la fillette ce matin.   

 Un peu plus tôt aujourd'hui, les ministres Lionel Carmant et Geneviève Guilbault confirmaient la tenue d’une enquête publique et annonçaient que le directeur de la protection de la jeunesse au CIUSSS de l’Estrie, Alain Trudel, était relevé de ses fonctions.