/finance/business
Navigation

Un robot aux multiples talents amuse les aînés dans une résidence de Lévis [EN IMAGES]

Coup d'oeil sur cet article

Une résidence privée pour aînés de Lévis, la Maison Louise-Élisabeth, a choisi de faire l’essai d'un robot qui peut notamment chanter, danser, et pratiquer le yoga afin de divertir sa clientèle.  

Zora est présenté comme un robot humanoïde créateur d’émotions. Du haut de ses 52 cm et avec ses 8 kilos, il est capable de parler huit langues, de chanter, danser, faire de la gymnastique, pratiquer le yoga et interagir avec les gens. Il peut même extraire les boules d’un boulier lors des soirées de Bingo et dire les numéros. 

Le groupe Cogir Immobilier, qui est propriétaire de la Maison Louise-Élisabeth, en a fait l’acquisition récemment dans le but entre autres de multiplier les activités contribuant à offrir une meilleure qualité de vie. 

Selon les responsables, il s’agit d’une première au Canada. 

Dans le cas de Zora, le robot sera utilisé à des fins récréatives uniquement. 

Photo Diane Tremblay

Il peut participer à un Bingo 

«Ce n’est pas un robot qui sera utilisé, par exemple, pour promulguer des soins ou faire de l’administration», a expliqué Mathieu Duguay, président de Cogir Immobilier. 

Pendant que le robot exécute les tâches de base, comme lire les numéros de Bingo, l’employé de la résidence sera libéré pour offrir un soutien de proximité aux résidents qui nécessitent une assistance pour participer à l’activité. 

Les responsables de la résidence croient que l’interaction avec le robot sera aussi bénéfique pour les résidents en leur permettant de prendre connaissance des changements technologiques. 

Un projet-pilote 

Avec la pénurie de main-d’œuvre, M. Duguay estime que les robots sont appelés à prendre une plus grande place dans la société.  

Il existe déjà sur le marché des robots en mesure de distribuer des médicaments, mais Cogir Immobilier entend se limiter à une utilisation pour des fins récréatives. 

L’arrivée de Zora s’inscrit dans le cadre d’un projet pilote à Lévis. Cogir Immobilier compte une cinquantaine de résidences au Québec, en Ontario et aux États-Unis. Le coût d’acquisition s’élève autour de 10 000 $. 

Zora est déjà populaire en Europe. SoftBank Robotics, qui commercialise le robot, en a déjà vendu 1500 dans des maisons de retraite en Europe. 

«L’avantage avec le système, c’est qu’en une heure de formation, tout le monde peut faire de la programmation. C’est ça qui est intéressant», souligne Lionel Bertorello, président de Zorabots Canada. 

Populaire en Europe 

En Europe, la technologie a déjà fait ses preuves, selon M. Bertorello. 

«On crée de l’interaction. Ne serait-ce que visuel, ça marche. On pense que c’est un petit bébé. On peut le faire parler de plein de chose.» 

«Les personnes peuvent prendre Zora dans leurs bras et la caresser.» 

«En Europe, ça marche bien pour tout ce qui est préopératoire, car on peut faire intervenir Zora avec des enfants pour les calmer avant l’opération.» 

Zora a aussi fait son entrée à l’école comme outil pédagogique. Une dizaine d’écoles au Québec ont fait l’acquisition de ce robot.