/24m/city
Navigation

Voie Camillien-Houde: la Ville a décrédibilisé le processus de consultation, selon l'OCPM

Voie Camillien-Houde: la Ville a décrédibilisé le processus de consultation, selon l'OCPM
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La Ville de Montréal a donné l’impression à la population que les dés étaient déjà jetés et que l’interdiction de transit sur le mont Royal serait permanente, déplore l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) dans son rapport déposé jeudi.

«La majorité des participants à la consultation ont indiqué n’avoir pas été persuadés de la pertinence du projet pilote et beaucoup d’entre eux ont perçu que la consultation constituait une parade, la décision de la Ville d’implanter le projet pilote de façon permanente étant déjà prise», peut-on y lire.

En ne communiquant pas clairement des objectifs rassembleurs, la Ville a introduit de l’incompréhension et de l’insatisfaction dans la population, ce qui a rallié un nombre élevé de citoyens autour de positions politiques et idéologiques, détournant l’accent de l’accès au parc du Mont-Royal, selon l’OCPM.

Ce phénomène a alimenté une perception voulant que la Ville soit «guidée par un biais anti-voiture», et l’a menée à être taxée «d’autoritarisme».

«Beaucoup de citoyens ont été heurtés et même choqués par les déclarations d’élus en novembre 2018 qui concluaient au succès du projet pilote à la lumière de certaines données de suivi et alors que l’OCPM n’avait pas encore tenu les séances d’audition des opinions et déposé son rapport», mentionne aussi l’organisme.

«L’impression d’improvisation a été accentuée par la présence d’installations temporaires, dont l’aménagement a été jugé choquant par plusieurs, tant pour le regard que pour l’environnement, que ce soit aux belvédères Camillien-Houde et Soleil ou aux deux haltes d’autobus», lit-on également dans le rapport.

La Ville de Montréal a annoncé son projet pilote quelques mois avant la mise en place de celui-ci, sans consultations publiques préalables. Des citoyens qui s’opposaient à l’interdiction avaient amassé 39 000 signatures.