/24m/outings
Navigation

Guillaume Wagner plus réfléchi, mais toujours grinçant

Guillaume Wagner plus réfléchi, mais toujours grinçant
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Guillaume Wagner tourne déjà depuis le début avril dans les salles du Québec avec son nouveau spectacle solo «Du cœur au ventre». Il fera sa première à Montréal dans le cadre de la 4e édition du Dr. Mobilo Aquafest mercredi au Théâtre Outremont. 

«C’est stressant un peu quand même. Je suis fébrile, avoue l’humoriste au sujet de son entrée montréalaise. J’ai vraiment confiance en ce "show"-là, j’ai travaillé fort dessus. Tout est en place. Je suis confiant, mais nerveux. En fait, je suis nerveux parce que je suis confiant, parce que je me dis tout est en place, alors si je "fucke" ça, c’est de ma faute.» 

Pour ce troisième spectacle solo, Wagner a choisi de tout faire seul. Il était allé chercher de l’aide pour ses deux premiers spectacles pour les textes et la mise en scène. «Tout s’imbrique, donc je n’avais pas vraiment besoin de quelqu’un qui viendrait tout chambouler ça. J’ai décidé d’y aller comme ça, sans aide. Au fond, le metteur en scène et script-éditeur c’est le public finalement. Je ne les crédite pas dans mon "show", mais c’est eux qui ont fait le travail cette fois-ci», explique-t-il.

Guillaume Wagner plus réfléchi, mais toujours grinçant
Photo Agence QMI, Joël Lemay

«Fesser dans le bon tas» 

L’humoriste a gagné en maturité depuis ces débuts. Il n’est cependant pas moins corrosif. «Ça fesse encore dans le tas, mais j’essaie de fesser dans le bon tas! (rires), lance-t-il. J’essaie de fesser sur les bonnes affaires maintenant, de détruire les trucs qui ont besoin d’être détruits. J’essaie aussi de donner des pistes de reconstruction, pas juste détruire pour détruire.» 

Cette fois, c’est sur sa génération qu’il s’acharne. «Notre rapport avec les réseaux sociaux, notre narcissisme, notre égocentrisme qui est en très de détruire la planète et qui est en train de détruire un peu notre tissu social, nos interactions, énumère Wagner. Je ris de moi au travers, parce que je suis comme ça aussi. Je fais partie de cette génération-là. J’essaie aussi d’inspirer les gens à ne pas être comme ça : d’aller à l’encontre de tout ça, de reconnecter, d’être plus humain, d’être curieux, de chercher la complexité et non la facilité. J’essaie aussi de me convaincre aussi de ça en passant. (rires)» 

Cependant, l’humoriste ne prétend pas essayer de passer un message à son public. «Je vais donner mon opinion et mes points de vue, mais après ça les gens peuvent faire ce qu’ils veulent avec ça. Construisez votre propre esprit critique», dit-il. 

Comme il roule sa bosse depuis presque 15 ans dans le monde de l’humour, Guillaume Wagner a réussi à trouver le public qui aime son style. «Je pense que mon public maintenant "catch" vraiment ce que je fais. Ça clique tout de suite en partant et je n’ai pas à m’expliquer. Ils comprennent tout de suite le côté baveux, les clins d’œil et le deuxième degré. C’est cool!»  

  • Guillaume Wagner présentera «Du cœur au ventre» mercredi à 20h au Théâtre Outremont.  

 

Dr. Mobilo Aquafest : « Valoriser l'art de l'humour » 

Guillaume Wagner plus réfléchi, mais toujours grinçant
Photo Agence QMI, Joël Lemay

 

Guillaume Wagner a fondé le festival Dr. Mobilo Aquafest avec ses comparses Virginie Fortin, Adib Alkhalidey ainsi que Philippe Cigna et Mathieu Séguin du duo Sèxe Illégal il y a quatre ans. 

«C’est un festival d’humour alternatif parce que ça se veut une alternative à autre chose. On essaie d’y valoriser l’art de l’humour. On perd ça beaucoup parce qu’on est souvent dans le divertissement, et c’est bien correct aussi et il y a bien des affaires là dedans que j’aime», décrit l’humoriste. 

L’événement qui en est à sa quatrième édition rassemble un gala d’ouverture et de fermeture ainsi que de nombreux spectacles, pour la plupart exclusifs au festival. «On a pris plus de risques je trouve cette année. Par exemple, le Grand Gala Masculin, la comédie musicale de Sèxe Illégale, Catherine Éthier fait son premier spectacle solo à vie. On a vraiment essayé des affaires qu’il n’y a pas dans les autres festivals», souligne Wagner. 

Festival maison 

Lorsqu’on jette un œil à la programmation fort variée, difficile de croire qu’ils ne sont que cinq pour organiser de toute pièce le festival. «C’est pas mal maison. C’est très organique tout ça et très bénévole. Des fois c’est un peu broche à foin parce que ce n’est pas notre job dans la vie. Mais on s’en sort tout le temps et on réalise au final que le résultat est très pro et les gens apprécient», affirme l’humoriste qui fera sa première montréalaise pendant l’événement. 

Le cofondateur souligne cependant que le festival ne deviendra jamais vraiment plus gros, afin de le garder à échelle humaine. «On veut que les gens comprennent que si tu achètes une bière ou un t-shirt, l’argent revient au festival et grâce à ça on pourra avoir d’autres "shows" plus éclatés encore. On veut qu’ils aillent ce "feeling"-là qu’ils font partie d’un mouvement et qu’ils ne sont pas juste un spectateur», conclut Wagner. 

 

Cinq spectacles à ne pas manquer au Dr. Mobilo Aquafest 

 

«Silver & Colaïdstarz» 

Les Denis Drolet ont invité leurs amis Lettons Silver et Colaïdstartz pour ce spectacle absurde à souhait et complètement disjoncté.  

  • Le 5 mai à 19h30, le 6 mai à 22h et le 7 mai à 19h30 au Théâtre Fairmount  

 

«S’asseoir sur un sabre, doucement» 

La chroniqueuse à «Gravel le matin», Catherine Éthier, ose cette année faire un premier spectacle solo pour un soir seulement.  

  • Le 6 mai à 19h30 au Théâtre Rialto  

 

«Processus» 

Les humoristes Charles Beauchesne et Maude Landry ont créé en seulement trois mois une série de fiction les mettant en vedette. Les premiers épisodes seront présentés dans un TED Talk.  

  • Le 8 mai à 22h au Théâtre Fairmount  

 

«Donovan, est-ce toi?» 

Le duo Sèxe Illégal a créé cette comédie musicale intersidérale qui met en vedette de nombreux comédiens tels que Virginie Fortin, Léane Labrèche-d’Or et Bernard Fortin.  

  • Le 9 mai à 19h30 et à 22h au Théâtre Fairmount  

 

«Féministe killjoy» 

La sémiologue Marie-Christine Lemieux-Couture se lance dans l’humour. Elle se transformera sur scène en véritable tueuse à gages des stéréotypes oppressifs.  

  • Le 10 mai à 19h30 au Théâtre Rialto