/news/green
Navigation

La taxe carbone, la plus efficace pour lutter contre la pollution

Bloc pollution
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | La taxe carbone, fixée autour de 70 dollars la tonne de CO2, est l’instrument le plus efficace pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, estime le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport publié vendredi.

L’accord de Paris, adopté en décembre 2015 par près de 200 pays, vise à limiter le réchauffement à +2°C, voire +1,5°C, par rapport à l’ère préindustrielle. 

Pour l’heure, la taxe carbone est très impopulaire, notamment en France, où la perspective de son augmentation (de 44,6 à 55 euros la tonne, soit 61,6 dollars) avait embrasé le mouvement des «gilets jaunes». 

Le gouvernement français a été contraint de suspendre la hausse de cette taxe sous la pression de la rue. 

«L’objectif des 2% exigerait de réduire les émissions carbone d’un tiers environ d’ici 2030 et une taxe carbone mondiale fixée à environ 70 dollars la tonne», soulignent dans un article de blogue commun Christine Lagarde, directrice générale du FMI, et Vitor Gaspar, responsable des affaires budgétaires du Fonds. 

Selon eux, il y a un «consensus de plus en plus large» sur le fait que la taxe carbone, destinée à contenir les énergies fossiles et leurs émissions de carbone, soit «l’instrument d’atténuation le plus efficace». 

Cette taxe permet de réduire la consommation d’énergie et de mobiliser le financement privé, en plus de favoriser l’utilisation d’énergies plus propres. 

«Elle fournit aussi davantage de revenus nécessaires», explique le FMI, soulignant que cet argent pourrait être utilisé pour réorienter les finances publiques afin de soutenir une croissance durable et partagée par le plus grand nombre. 

Dans son rapport, le FMI indique qu’en Chine, premier pollueur de la planète, en Inde ou en Afrique du Sud, une taxe carbone de seulement 35 dollars réduirait de 30% les émissions polluantes, ces pays utilisant de manière intensive le charbon, ressource extrêmement polluante. 

En revanche, dans neuf pays qui utilisent peu le charbon, tels que la Côte d’Ivoire, le Costa Rica ou la France, l’effet serait de moins de 10%.