/investigations
Navigation

Un rapport mettait en garde contre la réforme Barrette

Gaétan Barrette
Photo d'archives, Simon Clark Gaétan Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Un rapport avait laissé entendre que la réforme Barrette aurait des impacts importants sur les centres jeunesse et risquait de compromettre le suivi des jeunes en difficulté.  

Le projet de loi 10 mené par le ministre de la Santé Gaétan Barrette a complètement bouleversé le réseau de la santé en 2015. Parmi les changements, les directions régionales de la protection de la jeunesse ont été intégrées aux Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS).   

Ces derniers incluent des hôpitaux, CLSC, centre d’hébergement et centres jeunesse. Ils ont jusqu’à 15 000 employés et médecins.   

En péril  

Lors des consultations sur le projet de loi, trois chercheurs de l’École nationale d’administration publique ont présenté un mémoire. Ils écrivaient que la réforme risquait de mettre en péril pendant des années la continuité des services aux enfants vulnérables.   

« En misant sur de grosses structures bureaucratisées, basé sur une logique “hospitalocentrée”, le projet de loi 10 risque d’entraîner des choix d’affectation de ressources qui feront entrave au développement des services sociaux pour les jeunes et leur famille », prévenaient les auteurs. 

Le mémoire déposé à l’Assemblée nationale laissait aussi craindre que les budgets affectés à la protection de la jeunesse risquaient de se perdre dans le reste de l’organisation. 

On y indiquait aussi que plusieurs intervenants du réseau étaient plutôt réfractaires à la réforme Barrette. Ils estimaient que les efforts seraient mis sur les processus administratifs plutôt que vers les services.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Effets pervers  

Pour le président de la Fédération de la santé et des services sociaux, la réforme a entraîné des effets pervers.   

« Avant, il y avait un conseil d’administration du centre jeunesse. Maintenant, si le centre jeunesse a deux ou trois heures par année au CA (du CISSS), c’est beaucoup. Tout est axé sur le médical et l’hôpital », dénonce Jeff Begley.   

D’autres experts ont dénoncé les effets de la loi 10 sur les centres jeunesse. C’est le cas de l’expert en réadaptation de jeunes en difficultés, André Lebon, qui avait réclamé des états généraux en 2016.   

Celui qui a rédigé le rapport sur les fugues au Centre jeunesse de Laval s’inquiétait du roulement de personnel et de l’obsession des normes. Il dénonçait aussi le fait que les centres jeunesse n’étaient plus une priorité au sein des CISSS.

  • Écoutez l'entrevue accordée par Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux, à ce sujet au micro de QUB radio: