/entertainment/lavoix
Navigation

Les quatre finalistes de La Voix face à leur destin

Les quatre finalistes de La Voix face à leur destin
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Ils ont traversé toutes les étapes de La Voix en dépassant leurs limites pour séduire tant les coachs que le public.   

• À lire aussi: Le Quiz de «La Voix» 

En finale, ils vont devoir jouer leur meilleure carte pour remporter cette ultime étape, d’autant que les coachs n’ont plus à leur écrire une chanson sur mesure. 

   

  • ÉCOUTEZ le plus récent épisode du balado de QUB radio La Voix à l'aveugle:   

 

 

Colin Moore, une nouvelle carrière   

«Je suis venu chercher la confiance de chanter et d’écrire en français» – Colin Moore  

 

Les quatre finalistes de La Voix face à leur destin
Joël Lemay / Agence QMI

 

Sa voix éraillée et son interprétation déchirante de Tue-moi de Dan Bigras en demi-finale ont permis à Colin Moore d’être plébiscité par le public pour représenter l’équipe d’Éric Lapointe à l’étape ultime. Il en est encore le premier étonné. Mais il sait aussi qu’une carrière dans la musique est faite de hauts et de bas, lui qui chante depuis des années, aussi bien dans le cadre de tournées internationales que dans les bars.  

«En venant à La Voix, j’ai découvert l’univers de la télévision. Il y a beaucoup de monde, ça bouge de partout et tous travaillent vraiment fort pour faire une belle émission. Je sais maintenant comment ça marche, ce qui se passe en arrière de la scène.»  

Montréalais de l’Ouest-de-l’Île, il a aussi profité de son passage dans l’émission pour agrandir son champ de compétence. «Je suis venu chercher la confiance de chanter en français et aussi d’écrire en français. J’étais sûr que je pouvais chanter en français, mais je ne savais pas si je serais capable d’écrire mes propres chansons dans cette langue. C’est tellement différent de l’anglais. Aujourd’hui, j’ai beaucoup plus confiance en moi et je sais que je peux le faire. » 

Pour la finale, il a toutefois décidé de revenir au confort de sa langue natale. «Je vais faire une chanson qui va me permettre de m’accompagner à la guitare et à l’harmonica. Je vais présenter mon véritable style, je vais montrer celui que je suis vraiment.»  

En plus de nombreux spectacles prévus dans les prochains mois, y compris sa participation à La Voix Expérience, Colin Moore souhaite aussi préparer un nouvel album pour l’automne prochain. «J’ai beaucoup de chansons écrites et enregistrées, il faut juste faire un choix. Et je veux aussi inclure une ou deux nouvelles chansons en français.»  

 

Rafaëlle Roy, une confiance apaisante   

«J’ai l’impression que les gens ont vu, avant que je le découvre moi-même, que j’avais ma place» – Rafaëlle Roy  

 

Les quatre finalistes de La Voix face à leur destin
Joël Lemay / Agence QMI

 

La surprise était totale pour Rafaëlle Roy quand elle a appris, dimanche dernier, que le public avait voté en masse pour qu’elle accède à la finale de La Voix. «C’est un accomplissement extraordinaire. Je ne pensais même pas être prise à la préaudition ! Quand la production m’a appelée pour me dire que j’allais faire l’audition à l’aveugle, j’étais surprise. Plus les étapes avancent et plus je suis dans l’incompréhension.»  

Si elle est consciente de son talent, Rafaëlle a toujours douté de pouvoir trouver sa place dans le milieu musical québécois. « J’ai l’impression que les gens ont vu, avant que je le découvre moi-même, que j’avais ma place, que j’avais une unicité qui pourrait être intéressante. »  

La Voix lui a permis d’évoluer et de s’améliorer à chacune des étapes. «Je n’ai pas une très grande confiance en moi. En faisant l’émission, je recherchais davantage l’approbation de moi-même plutôt que celle des autres. Je n’avais jamais fait d’audition avant pour quoi que ce soit, je n’avais participé à aucun concours. Mais je voulais me prouver que je pouvais me dépasser. Je me suis donc laissée aller. J’ai accepté davantage ce que je suis et j’ai arrêté de tout analyser. J’ai vraiment fait une évolution exponentielle.»  

Après avoir joué sur sa vulnérabilité en s’assoyant au piano en demi-finale, elle prévoit une chanson plus rassembleuse pour la dernière étape. «Ce ne sera pas forcément plus rythmé, mais je vais choisir une chanson qui sera plus dans la célébration.»  

Qu’elle remporte la finale ou pas, Rafaëlle Roy veut surtout travailler sur ses propres pièces. «Je sais que je vais passer du temps en studio avec Marc Dupré pour regarder les chansons que j’ai déjà écrites et que je n’ai jamais montrées, parce que j’ai le syndrome de l’auteur pour qui ce n’est jamais assez bon.»  

 

Vincent Chouinard, un artiste à fleur de peau   

«Je trouve que La Voix est un extraordinaire véhicule de confiance» – Vincent Chouinard  

 

Les quatre finalistes de La Voix face à leur destin
Joël Lemay / Agence QMI

 

À chacune de ses performances, Vincent Chouinard a misé sur l’émotion, que ce soit lors de son audition à l’aveugle avec New York State of Mind, au quart de finale avec Tu m’aimes-tu ou en demi-finale avec Une chance qu’on s’a.  

«Cette expérience m’a appris à avoir confiance en moi. Dans la vie, tout fluctue. Il y a des jours où on se sent bien, et d’autres moins. La confiance en soi, c’est la même chose. C’est le travail d’une vie de garder notre confiance en soi au top, de garder l’espoir de moments meilleurs, même quand on se sent moins bien. Je trouve que La Voix est un extraordinaire véhicule de confiance.»  

Il dit aussi avoir beaucoup aimé le travail avec son coach. «On nous dit exactement les choses. Les coachs ne se gênent pas pour nous dire quand c’est moins bon, quand on n’a pas la bonne note, c’est ce qui nous permet d’avancer.»  

Même s’il continue à accumuler du retard dans sa session universitaire (il fait actuellement un bac en physique), Vincent Chouinard ne regrette rien. Il a même décidé de consacrer beaucoup plus de temps à la musique à compter de maintenant. «J’ai décidé de ne pas avoir de job l’été prochain. Je vais peut-être faire un voyage d’un mois pour me permettre de composer de la musique. Je veux essayer de faire des concours d’auteur-compositeur-interprète. Je m’enligne vraiment dans cette voie-là.»  

Il peut d’ailleurs compter sur le soutien de ses parents qui l’encouragent depuis toujours. «Il m’arrive souvent de dire à mes parents que mon bac en physique est super tripant, mais qu’il me manque quelque chose. Ma mère me répète inlassablement que c’est la musique qui me manque et qu’il faut que j’aille jusqu’au bout. Je pense que la vie va me donner cette opportunité.»  

 

Geneviève Jodoin, l’âge de la maturité   

«J’ai retrouvé le plaisir de chanter et d’interpréter...» – Genevière Jodoin 

Les quatre finalistes de La Voix face à leur destin
Joël Lemay / Agence QMI

 

Longtemps choriste à la télévision, Geneviève Jodoin a souhaité une autre vie pour ses trois enfants. Avec sa petite famille, elle est allée s’installer à L’Isle-aux-Coudres où elle a ouvert une auberge dans laquelle elle cumule toutes les fonctions.   

«Je n’ai jamais arrêté de chanter, dit-elle. Je voulais juste que les gens arrêtent de dire que j’avais lâché la musique. Mais je ne pensais pas me retrouver en finale. En même temps, j’ai retrouvé le plaisir de chanter et d’interpréter. J’ai redécouvert le fait de décortiquer la chanson, d’aller en chercher le sens, et de puiser en moi comment je veux la rendre, comment faire pour que ça traverse l’écran et que ça se rende dans le coeur des gens. Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait ça.»   

La chanteuse de 41 ans pense même être devenue une meilleure personne grâce à l’émission. «J’ai appris à me laisser porter, à me laisser diriger. Je suis une fille contrôlante, mais j’ai compris qu’il faut parfois laisser les autres décider. J’ai choisi mes combats.»   

Elle raconte avoir aussi travaillé sa patience. «Chanter est mon métier, et je me retrouvais en répétition avec des jeunes qui ont beaucoup moins d’expérience. C’était donc plus long, mais je me suis surprise à m’émerveiller sur mon métier, je l’ai redécouvert.»   

Après la finale, Geneviève Jodoin a prévu de retourner à L’Isle-aux-Coudres pour préparer la saison estivale de son auberge. Elle espère d’ailleurs que sa participation aura donné une visibilité à la région de Charlevoix et que le public sera curieux d’aller la visiter.   

«Je vais devoir préparer mon menu pour l’été, et former mes nouveaux employés, que je vais souvent abandonner pour aller faire des spectacles. J’ai aussi de nouvelles idées pour des chansons. C’est sûr qu’à l’automne, je vais travailler sur un nouvel album.»