/lifestyle/family
Navigation

Profession: sauveteurs d’animaux

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, les bénévoles sont mobilisés pour s’assurer qu’aucun animal ne reste derrière suite aux inondations.
Photo courtoisie, Sauvetage Animal Rescue À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, les bénévoles sont mobilisés pour s’assurer qu’aucun animal ne reste derrière suite aux inondations.

Coup d'oeil sur cet article

Fondée en 2017, l’entreprise Sauvetage Animal Rescue a une expertise de 10 ans dans le domaine du sauvetage technique des animaux.

Ils sont deux : Isabelle Vachon Girard et Éric Dussault, issus du milieu des urgences humaines. Éric est pompier et a une formation comme premier répondant. Il est spécialiste du sauvetage (en hauteur, en espace clos, etc.). Isabelle était technicienne médicale dans l’armée.

C’est la seule équipe de sauvetage technique certifiée au Canada et assujettie aux règles de sauvetage humain, les normes NFPA.

Premiers répondants

On les voit actuellement à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, sauvant des chats, des chiens, des oiseaux et autres animaux exotiques, qui ont été laissés sur place lors des évacuations.

Dès le début du drame, ils ont offert gratuitement leur aide à la ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, car le temps pressait pour les animaux.

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, les bénévoles sont mobilisés pour s’assurer qu’aucun animal ne reste derrière suite aux inondations.
Photo courtoisie, Sauvetage Animal Rescue

Même chose à Saint-André d’Argenteuil, où ils ont offert leurs services et ont secouru plusieurs animaux, dont André, un chat errant pris à 30 pieds de haut, dans un arbre déjà entouré d’eau avec les inondations. André se rétablit tranquillement et est devenu une espèce de mascotte.

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, les gens qui ont dû laisser leurs animaux sur place attendent dans l’espoir, car ils ne savent pas ce qui se passe avec leurs animaux.

Quand ils voient Sauvetage Animal Rescue revenir avec leur animal, ils sont si heureux. « La face qu’ils font ! Ça n’a pas de prix ! Certains ont pleuré de joie et d’autres nous ont serrés dans leurs bras », dit Isabelle.

Le bilan est bon jusqu’à présent. Plusieurs animaux, même les oiseaux et autres espèces exotiques, plus frileuses, ont survécu à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, les bénévoles sont mobilisés pour s’assurer qu’aucun animal ne reste derrière suite aux inondations.
Photo courtoisie, Sauvetage Animal Rescue

Quand il y a un sinistre de cette ampleur, de nombreux intervenants sociaux sont dépêchés sur les lieux pour aider les gens à passer à travers le drame.

On peut le suivre sur le site Facebook de Sauvetage Animal Rescue (www.susa-aers.com) et même acheter une tasse à son effigie pour les aider financièrement, ne serait-ce que pour l’équipement nécessaire (embarcations, gilets de sauvetage, cordages, etc.), mais aussi pour d’éventuels salaires.

Les services sont financés par les membres. Avec une adhésion annuelle, les membres ont une priorité de service et paient le prix couvrant l’opération de sauvetage (déplacement et employés) pour leurs animaux. C’est grâce aux membres qu’ils peuvent aussi faire des sauvetages humanitaires, comme pour le cas d’André.

Leur caserne couvre actuellement les services requis pour la grande région de Montréal, incluant la Montérégie et la couronne nord de Montréal. Une autre caserne devrait ouvrir cet automne en Abitibi, où les ressources manquent grandement.