/sports/fighting
Navigation

Rentrée ratée pour Marc-André Barriault

Le combattant québécois s’incline à son premier duel en UFC samedi soir à Ottawa

Marc-André Barriault (à droite) a dû s’avouer vaincu à son premier combat en UFC face au combattant américain Andrew Sanchez.
Photo USA TODAY Sports Marc-André Barriault (à droite) a dû s’avouer vaincu à son premier combat en UFC face au combattant américain Andrew Sanchez.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Marc-André Barriault n’a pas réussi avec succès sa rentrée dans l’UFC, s’inclinant honorablement par décision unanime devant Andrew Sanchez samedi soir, dans le cadre de l’UFC Fight Night présenté au centre Canadian Tire d’Ottawa.

Le Québécois n’a pas à rougir de son premier combat dans le meilleur circuit d’arts martiaux mixtes au monde. Après un premier round au cours duquel il avoue lui-même avoir été un peu dépassé par les événements en raison de l’accueil bruyant de la foule – on y reviendra –, Barriault a commencé à laisser aller ses mains au deuxième round avec succès, touchant à plusieurs reprises son adversaire. On le sentait s’épuiser au fur et à mesure que le round avançait, mais « Power Bar » n’a pas été en mesure d’envoyer l’Américain au tapis.

Marc-André Barriault (à droite) a dû s’avouer vaincu à son premier combat en UFC face au combattant américain Andrew Sanchez.
Photo USA TODAY Sports

« J’ai été surpris qu’il résiste », a reconnu Barriault.

Et à l’écouter, on se demande même si Sanchez lui-même n’a pas été surpris de survivre à cette avalanche de coups de son adversaire.

« Il m’a malmené. Ma tête allait d’un côté et de l’autre. C’était difficile mentalement et je me demandais si j’allais être en mesure de passer au travers de tout ça. Par la suite, j’ai tout donné. J’ai grandi dans ce feu et c’est ce qui m’a aidé », a reconnu cet ancien champion universitaire de lutte dans la NCAA.

Stratégie payante

Afin de s’assurer de ne pas vivre le même calvaire, Sanchez a sagement décidé de ne pas s’engager dans un combat de boxe avec son adversaire au troisième round, préférant travailler au corps avec le Québécois, s’accrochant à lui pour la majorité du round et l’empêchant d’utiliser sa force de frappe. Cette stratégie, qui n’a assurément pas contribué au spectacle ni plu à la foule très majoritairement partisane, aura toutefois été ce qui a fait la différence dans l’affrontement puisqu’elle lui a permis de remporter le round.

Marc-André Barriault (à droite) a dû s’avouer vaincu à son premier combat en UFC face au combattant américain Andrew Sanchez.
Photo USA TODAY Sports

Les trois juges ont remis des cartes de 29-28 en faveur de Sanchez qui portait ainsi sa fiche à 4-2 chez l’UFC.

« Au troisième round, j’étais frustré. Je lui ai presque dit a un moment donné de décoller pour qu’on se batte. Malheureusement, ce n’est pas ça qu’il voulait faire », a ajouté Barriault qui a vu sa séquence de huit victoires prendre fin samedi.

Favori de la foule

Ce dernier a tout de même vécu un moment qu’il n’oubliera jamais samedi. Même s’il en était à son premier combat avec l’organisation, l’UFC lui a permis de faire son entrée en dernier, après Sanchez. S’avançant sous le son de Kill your conscience du groupe Shinedown, Barriault a été accueilli bruyamment par la dizaine de milliers de spectateurs réunis au centre Air Canada.

« C’était incroyable. J’ai essayé de rester concentré et sur la tâche, mais je n’ai pas pu m’empêcher de m’imprégner de l’ambiance. »

Avec cet accueil et la prestation qu’il a livrée, Barriault ne croit pas que la défaite de samedi nuira à sa crédibilité auprès de l’UFC.

« L’UFC m’a mis dans une position pour voir ce que je valais. Je ne pense pas que la défaite soit ce qui compte, ils voulaient voir qui j’étais. La foule m’a donné un bon coup de main et, à voir les combats qui avaient eu lieu avant, c’est moi qui l’ai fait lever. »

Ce dernier sait maintenant davantage à quoi s’attendre. Et des combats comme celui de samedi, il s’attend à devoir en livrer d’autres.

« Ce que j’ai compris, c’est qu’ils vont tous faire ça, ils vont tous se coller parce qu’ils vont avoir peur de ce qui a failli se passer ce soir. »