/24m/transports
Navigation

La STM n’entend pas publier les données mensuelles sur sa performance

La STM n’entend pas publier les données mensuelles sur sa performance
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La Société de transport de Montréal n’a pas l’intention de publier ses informations mensuelles sur la performance des services et la satisfaction des clients, comme le demandent des élus municipaux.

«Ce n’est pas une avenue envisagée», indique Philippe Déry, porte-parole de la STM. «Nous préférons concentrer nos efforts à rendre disponible l’ensemble de nos données en format ouvert d’ici 2021. En ouvrant nos données à tous, nous permettons qu’elles soient réutilisées à différentes fins et ultimement, les résultats de cette réutilisation pourront être partagés dans la communauté.»

Des informations sur l’état du réseau sont déjà disponibles sur le site web, mentionne M. Déry. Il explique que la STM entend de rendre disponible le bilan du Plan stratégique organisationnel 2025, trois fois par an.

La semaine prochaine, au conseil municipal, les conseillers indépendants Giuliana Fumagalli et Marvin Rotrand présenteront une motion demandant de nouveau à la STM de rendre publics ses indicateurs stratégiques mensuels. Une motion similaire, appuyée aussi par les élus d’Ensemble Montréal, avait été rejetée en mars dernier, les élus de Projet Montréal s’y opposant.

Dans son rapport annuel 2019, la STM fait le bilan de plusieurs indicateurs, comme la satisfaction des clients, les plaintes, l’achalandage, la ponctualité, entre autres. Des données mensuelles existent, comme en témoigne un document présenté au conseil d’administration de la STM en février dernier. Mme Fumagalli a obtenu le document via une demande d’accès à l’information.

«C’est ridicule que des élus doivent passer par la loi d’accès à l’information afin d’être renseignés sur la performance d’une société publique financée en partie par les contribuables», critique M. Rotrand. «D’autant plus que de telles informations sont publiées par d’autres sociétés de transport», ajoute l’élu.

Par exemple, en semaine, la Commission de transport de Toronto publie un bilan quotidien de la ponctualité des services. À Montréal, exo publie les résultats hebdomadaires de la ponctualité des trains.

«Je ne vois pas pourquoi on serait à la traîne de villes comme Vancouver et Toronto», commente également France Emond, directrice de cabinet de Mme Fumagalli. «Je pense que Montréal est aussi capable d’être à la fine pointe de la technologie et d’offrir en temps réel ces informations.» Les données ouvertes libérées par la STM peuvent être peu conviviales pour le grand public, observe Mme Emond.

«Nous on privilégie peut être plus une forme d’information déjà mâchée, présentée un peu, pour qu’effectivement ça soit compréhensible pour le public en général», soutient aussi François Pépin, président de Trajectoire Québec, ajoutant qu’une publication plus fréquente de statistiques figurant au rapport annuel de la STM serait souhaitable.