/opinion/columnists
Navigation

Les enfants vendeurs

La militante Greta Thunberg invite le pape à faire la grève du climat.
Photo AFP La militante Greta Thunberg invite le pape à faire la grève du climat.

Coup d'oeil sur cet article

Parmi les publicités qui me donnent de l’urticaire, celle qui met en vedette une fillette qui annonce les « meilleures thermopompes au monde » trône au sommet. Je ne comprends pas que des entreprises confient à des enfants des messages publicitaires pour adultes.

Que connaît-on aux thermopompes à dix ans ?

Mais selon les experts en marketing, l’attrait émotionnel d’un enfant annule son manque d’expérience de la vie.

Doit-on s’étonner que la nouvelle vedette de la lutte aux changements climatiques soit une ado suédoise de seize ans, Greta Thunberg, l’organisatrice des grèves étudiantes du vendredi pour l’environnement ?

Mais que connaît-on de la complexité du monde à seize ans ?

Ado douée

Avant d’aller plus loin, ceci : pour régler les problèmes reliés au climat, la génération montante a intérêt à étudier au lieu de manifester, préférablement en sciences, technologie ou ingénierie. Et même si manifester est plus amusant qu’un cours de chimie, la chimie permet au moins de comprendre la complexité du climat.

Et qu’on ne peut voir le CO2.

La mère de Greta, la soprano Malena Ernman, prétend que sa fille voit le CO2. C’est dans le livre qu’elle a publié l’an dernier en suédois, Scènes de cœur – Notre vie pour le climat, dans lequel elle décrit les « dons » de sa fille atteinte du syndrome d’Asperger, le syndrome « Rain Man ».

Je veux bien qu’elle sache les noms des capitales du monde, mais dire qu’elle « observe le gaz carbonique incolore et inodore s’échapper des cheminées et se transformer en dépotoir dans l’atmosphère » me semble un peu tiré par les tresses.

Tout comme l’affirmation selon laquelle l’oppression des femmes, des minorités et des personnes qui vivent avec un handicap a la même source que les changements climatiques : notre mode de vie. Il faut changer le système au complet. Quand cette injonction vient de Suédois pourtant parfaits, je tremble pour nous « pauvres pécheurs ».

Ne vous méprenez pas sur mes intentions. Cette jeune fille possède de la graine d’exception et sa cause est urgente et vitale. Mais comment une ado qui a fait une dépression à onze ans qui a duré des années après avoir visionné un documentaire sur la pollution des océans, peut-elle porter sur ses frêles épaules l’immense cause du climat ?

(Selon le journal belge Sud Info, elle serait sortie de sa dépression quand ses parents ont accepté de ne plus manger de viande et de ne plus prendre l’avion.)

Danger

Le phénomène Greta Thunberg suscite plus de questions que de réponses, mais au-delà de mes interrogations sur son entourage, je crains les effets de la machine à broyer les célébrités sur une enfant à la fois forte et fragile.

Mais qui peut résister à la composante émotionnelle qu’elle apporte à la cause de l’environnement ? La complexité s’effondre face aux bons sentiments. Ou même face à la panique climatique qui anime Greta Thunberg.

Chose certaine, on ne la verra pas annoncer des thermopompes.