/sports/opinion/columnists
Navigation

L’idéal pour Price, 55 matchs

L’idéal pour Price, 55 matchs
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

 Une nouvelle tendance se dessine dans la LNH. Les gardiens de but auxiliaires prennent de plus en plus d’importance et d’après moi, le chiffre magique pour un gardien numéro un, aujourd’hui est désormais de 55 matchs. Ça serait le nombre de matchs idéal pour Carey Price, la saison prochaine. 

 On ne voit plus personne qui joue 70 matchs et seulement huit gardiens ont franchi le cap des 60 matchs, cette saison, dont Price avec 66. Au moment d’écrire ces lignes, il ne restait que deux gardiens de 60 matchs encore en lice dans les séries et ce matin, il n’en reste possiblement qu’un seul, Martin Jones (62 matchs), des Sharks de San Jose. 

 Sergei Bobrovsky (62 matchs) faisait face à l’élimination hier, et j’ai trouvé qu’il avait perdu un peu de son lustre dans les derniers matchs. 

 Il est peut-être fatigué et c’est compréhensible puisque ça fait deux mois qu’il est en mode séries. Les Blue Jackets ont dû puiser dans leurs ressources pour se qualifier. 

 À l’inverse, son vis-à-vis, Tuukka Rask connaît ses meilleures séries depuis cinq ans avec les Bruins de Boston. Rask a la chance de compter sur son un second gardien de qualité en Jaroslav Halak. Rask n’a joué que 46 matchs, cette saison et Halak, 40. 

 C’est la nouvelle tendance. 

 De plus, nous avons deux gardiens de 46 matchs finalistes au trophée Vézina en Robin Lehner et Ben Bishop. 

 Profondeur devant le filet 

 Pourquoi en sommes-nous rendus là ? C’est souvent une question de cycle. Je pense qu’il est encore possible de jouer 70 matchs, mais la réalité, c’est qu’il y a beaucoup de bons gardiens dans la LNH, aujourd’hui. 

 Les entraîneurs ont donc l’option de faire jouer leur second gardien s’il connaît du succès et que le numéro un n’est pas à son meilleur. C’est ce qu’on a vu chez les Bruins, cette saison. Claude Julien n’avait pas cette option à Montréal et c’est pourquoi 

 Antti Niemi n’est plus dans le décor. 

 Auparavant, un gardien numéro un pouvait connaître deux ou trois mauvais matchs et l’entraîneur, le retournait quand même devant le filet. Aujourd’hui. Compte tenu de la qualité des seconds, l’entraîneur a un choix. La différence est là. 

 Price a besoin de support 

 On réalise aujourd’hui, l’importance d’avoir un second gardien solide et un vétéran comme Curtis McElhinney ferait un excellent adjoint à Price. Il a joué un rôle de premier plan dans la course aux séries éliminatoires pour les Hurricanes, et même dans les séries, il a remplacé Petr Mrazek au pied levé et gagné trois matchs d’affilée contre les Islanders. 

 Dans un monde idéal, Price devrait jouer 55 matchs et certains se demandent pourquoi le payer 10 millions, par saison, alors? C’est une bonne question, mais à mon avis, il y aura toujours un ou deux gardiens d’exception. 

 Sergei Bobrovsky, par exemple, va devoir négocier dans un marché baissier, mais il devrait tout de même obtenir son prix, un contrat semblable à Price. 

 Le cas Lehner 

 Un dossier intéressant et représentatif est celui de Robin Lehner. Sa carrière n’allait nulle part avant la saison actuelle. Les Islanders lui ont donné une chance et il a si bien répondu qu’aujourd’hui, il est finaliste au trophée Vézina. Ça vaut certainement cinq millions de dollars, mais qui va lui offrir un contrat de longue durée à ce montant ? 

 D’après moi, les Islanders pourraient s’en sortir à 4 ou 4,5 millions sur cinq ans par exemple. Je crois que ça serait l’idéal pour lui. La chimie est bonne avec Greiss et il est apprécié à Long Island. 

 Chose certaine, plusieurs gardiens méconnus ont fait écarquiller les yeux, dans les séries éliminatoires à date, dont Lehner, Petr, Mrazek, McElhinney, Philip Grubauer et Jordan Binnington. 

 -Propos recueillis par Gilles Moffet 

 Entrefilets 

 Michel Therrien chez les Flyers 

Je suis très heureux de voir Michel Therrien de retour dans la Ligue nationale comme adjoint à Alain Vigneault chez les Flyers de Philadelphie. Mes deux anciens entraîneurs ont toujours eu une bonne relation et Vigneault aime être bien entouré. C’est bon de voir deux entraîneurs québécois se soutenir. Ce sont deux bons amis et ils partagent la même philosophie. Chuck Fletcher, le nouveau directeur général des Flyers a travaillé avec Therrien chez les Penguins de Pittsburgh et il lui avait aussi offert un poste de recruteur lorsqu’il était DG du Wild du Minnesota. Le monde du hockey est un bien petit monde.  

  

 Le théâtre Ben Bishop 

Je ne suis pas le plus grand fan de Ben Bishop, des Stars de Dallas. C’est un très bon gardien, mais sa collection d’actes théâtraux est trop garnie. On a tous vu sa chute « dramatique » après le coup de bâton de David Perron, dans le 4e match, mais dimanche, il a atteint le fond du baril. Je veux bien croire que le tir de Colton Parayko à l’épaule, lui a fait mal, mais il aurait pu continuer à suivre le jeu et se relever, même s’il souffrait, mais non. Il est resté étendu et les Blues en ont profité pour prendre les devants 3 à 1. Très décevant. 

  

 Le coup de balai des Hurricanes 

Les Hurricanes de la Caroline semblent être l’équipe Cendrillon, cette année, mais c’est tout de même surprenant qu’ils aient balayé les Islanders de New York en quatre matchs. Les précieux jours de repos qu’ils se sont accordés vont leur être bénéfiques. Je ne dis pas qu’ils vont gagner la coupe Stanley, mais à peu près tous les champions de la coupe des dernières années ont gagné au moins une série en quatre ou cinq matchs. J’aime vraiment la chimie de cette équipe et il faut donner beaucoup de crédit à l’entraîneur, Rob Brindamour. 

  

 Chapeau aux Islanders 

Les Islanders de New York sont certainement déçus d’avoir succombé en quatre parties aux mains des Hurricanes, mais ils peuvent être fiers de leur saison. Avec la perte de John Tavares, personne ne les voyait dans les séries éliminatoires en début de saison et surtout, personne n’avait prédit qu’ils élimineraient les Penguins de Pittsburgh au premier tour. Barry Trotz a de nouveau démontré qu’il était un des meilleurs entraîneurs de la LNH. Les Islanders ont plusieurs joueurs autonomes et j’ai hâte de voir la suite des choses de ce côté.