/sports/racing
Navigation

Autre doublé probable pour Mercedes...

Coup d'oeil sur cet article

BARCELONE | Les mauvaises langues diront sans doute qu’il faudra un accrochage impliquant les deux Mercedes, comme ce fut le cas en 2016 à Barcelone, pour empêcher les Flèches d’Argent de réaliser un cinquième doublé de suite cette saison.

Toujours est-il qu’à moins d’une catastrophe, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, dans l’ordre ou le désordre, devraient accéder aux deux plus hautes marches du podium dimanche, comme... l’an passé.

Le Britannique, à lui seul, a signé la victoire à trois reprises (2014, 2017 et 2018) à ses cinq dernières présences à Barcelone.

En 2015, il s’est classé deuxième derrière son ex-coéquipier Nico Rosberg, aujourd’hui retraité. Aussi bien dire que les Mercedes sont pratiquement imbattables au Grand Prix d’Espagne depuis cinq ans.

Avec ses quatre doublés consécutifs en début de saison, Mercedes a réédité le livre des records en F1. Mais l’écurie allemande pourrait égaler une autre marque, qu’elle détient avec Ferrari, celle de cinq doublés d’affilée.

Le plus jeune vainqueur

Rappelons les faits en 2016. Hamilton, auteur de la position de tête, et Rosberg s’élancent sur la première ligne au départ à Barcelone, mais, coup de théâtre au tour initial, les deux monoplaces de l’écurie Mercedes se touchent et ses deux pilotes sont contraints à l’abandon.

Max Verstappen, qui avait été promu quelques jours auparavant de Toro Rosso à Red Bull, au détriment de Daniil Kvyat, a profité de cette occasion pour devenir, à 18 ans, 7 mois et 15 jours, le plus jeune vainqueur d’un Grand Prix de F1.

À sa sortie de voiture, il est notamment félicité par Kimi Räikkönen, deuxième à l’arrivée, ce doyen des pilotes qui a déjà couru contre son père Jos !

Pour la première fois en 66 ans, l’Het Wilhelmus, l’hymne national des Pays-Bas, était entendu sur le podium d’un Grand Prix de F1.

Sur le même sujet